lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba réclame le respect de la souveraineté lors du sommet Celac-UE

Buenos Aires, 27 octobre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères cubain, Bruno Rodriguez, a réclamé aujourd’hui le respect de la souveraineté et le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États, lors d’un discours prononcé en Argentine devant des représentants de plus de 50 pays. 

Lors du troisième Sommet des ministres des Affaires étrangères de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac) et de l’Union européenne (UE), Rodriguez a dénoncé les effets déchirants de l’impérialisme dans sa région et a défendu le droit de chaque nation à définir son système politique, économique et social.

Les États-Unis, dans leur politique expansionniste et interventionniste, soutenue par la doctrine Monroe, ont toujours cherché à transformer nos pays en leur arrière-cour, a-t-il souligné en rappelant la longue histoire de spoliation de richesses et du pillage des ressources naturelles dans la région.

Par ailleurs, il a salué le rejet par la Celac et l’UE du blocus économique, financier et commercial imposé par Washington à l’île depuis plus de 60 ans.

Cette politique injuste et illégale a connu une recrudescence de manière extrême, infligeant de plus grandes souffrances au peuple cubain dans le but de provoquer l’effondrement de l’économie, a-t-il affirmé.

Il a également reconnu la condamnation par la Celac et le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Josep Borrell, de l’inclusion de la nation caribéenne « sur la liste frauduleuse du Département d’État nord-américain des parrains présumés du terrorisme ».

D’autre part, il a averti que « lorsqu’on parle d’un multilatéralisme et d’un ordre international fondés sur des règles, il semble être question d’imposer de nouveaux paradigmes douteux, à la convenance des pays riches, sans processus de négociation intergouvernementaux démocratiques ». 

Il y a un problème de cohérence, de consistance. Les deux poids deux mesures ne sont pas admissibles. En toutes circonstances, l’égalité souveraine, la non-ingérence et le droit inaliénable de chaque État de décider de son propre système sans être soumis à de prétendus paradigmes culturels, de démocratie et de droits de l’Homme, doivent être respectés.

Par ailleurs, il a assuré que Cuba continuerait à contribuer autant que possible au renforcement du dialogue et de la coopération entre la Celac et l’UE, au bénéfice des peuples des deux régions et du monde.

peo/mem/gaz

EN CONTINU
notes connexes