vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le principal quotidien haïtien arrête son impression papier en raison de la crise dans le pays

Port-au-Prince, 27 octobre (Prensa Latina) Le quotidien Le Nouvelliste, le principal d’Haïti, a publié aujourd’hui sa dernière édition imprimée face à l’impossibilité d’obtenir les combustibles nécessaires à sa production. 

La direction du journal fondé en 1898, et considéré comme le doyen de la presse nationale, a expliqué qu’ils avaient déjà épuisé les stocks de papier et que le manque d’hydrocarbures ne permettait pas sa distribution.

Toutefois, le journal continuera à informer la population à travers sa version numérique, qui sera disponible gratuitement, ont-ils précisé.

« La direction de Le Nouvelliste espère que les graves problèmes de sécurité qui entravent la production et la distribution du journal seront résolus à la satisfaction de tous dans un délai raisonnable pour que tout revienne à la normale », a conclu la brève note.

Le quotidien est le plus ancien d’Amérique en langue française et, avant cette crise, il n’a dû fermer que deux fois : en 1915 pendant l’occupation nord-américaine et en 2010 lorsque le tremblement de terre a empêché son impression pendant quelques mois.

Après le séisme mortel qui a coûté la vie à plus de 200 000 personnes dans le pays, il est devenu un multimédia avec des formes imprimées, numériques et des suppléments sportifs, culturels et pour la jeunesse, entre autres.

Depuis un mois et demi, des gangs armés bloquent la distribution de carburant en Haïti, paralysant les activités économiques, tout en mettant en péril le fonctionnement de services essentiels tels que l’assainissement et la purification de l’eau.

Les écoles n’ont pas non plus pu reprendre leurs cours, alors que les banques, les ambassades, les marchés, les usines et d’autres entités ont considérablement réduit leurs horaires ou fermé leurs portes.

La police a essayé à plusieurs reprises de récupérer la zone où le terminal est enclavé, mais les opérations ont toutes échoué.

peo/Ane

EN CONTINU
notes connexes