mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le nouveau Premier ministre britannique reçoit des reproches en raison de son absence à la COP27

Londres, 28 octobre (Prensa Latina) Le nouveau Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a reçu une vague de réprobations vendredi après avoir annoncé qu’il ne participerait pas à la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP27), afin de s’occuper de questions domestiques urgentes.

« C’est d’une grande honte », a déclaré le député travailliste Peter Kyle au micro de la chaîne de télévision Sky News.

Selon le législateur, la décision de M. Sunak de s’absenter du sommet qui se tiendra du 6 au 18 novembre dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh remet en question les engagements pris par le Royaume-Uni en matière de changement climatique.

« À un moment où nous devrions tous agir, ce gouvernement semble battre en retraite, a dit M. Kyle, reprenant l’avertissement lancé jeudi par les Nations unies, portant sur le fait que le monde est loin d’atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’objectif de limitation du réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius fixé par l’accord de Paris.

Asad Rehman, cofondateur de la Coalition des groupes de la société civile pour la COP26 l’a qualifié d’une « mauvaise décision » de la part de Sunak, car le Royaume-Uni, chargé de l’accueil du sommet précédent à Glasgow en Écosse, est le président actuel de la COP.

Le militant a rappelé qu’à l’ouverture de cette réunion, Boris Johnson, alors Premier ministre britannique, avait déclaré que le monde était « à une minute de minuit », mais que « Rishi Sunak se comporte à présent comme si nous avions tout le temps du monde ».

La branche britannique de l’organisation de défense de l’environnement Greenpeace a également ajouté sa voix aux critiques, suivant la propostition que le nouveau premier ministre ne prend pas le changement climatique au sérieux, et a comparé sa position à celle d’un coureur qui ne passe pas le témoin à un moment crucial de la course de relais.

Downing Street a affirmé jeudi que Sunak, ayant remplacé mardi la démissionnaire Liz Truss, ne participerait pas à la COP27 afin de se concentrer sur des questions intérieures urgentes, comme la préparation du projet de budget à être présenté au Parlement le 17 novembre.

La place de Sunak sera occupée par le président de la COP26, Alok Sharma, qui sera rejoint par la ministre de l’environnement, Therese Coffey, et d’autres responsables.

jcc/mem/nm

EN CONTINU
notes connexes