jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Polisario maintient la lutte armée face à l’échec de l’action de l’ONU

Nations Unies, 28 octobre (Prensa Latina) Le représentant du Front Polisario à l’ONU, Sidi Omar, a annoncé vendredi que, face à l’inaction du Conseil de sécurité, ils intensifieraient la lutte armée contre le Maroc dans les territoires occupés du Sahara occidental.

« L’inaction du Conseil de sécurité ne laisse pas d’autre choix au peuple sahraoui que de poursuivre et de renforcer sa lutte armée légitime pour défendre son droit inaliénable et non négociable à l’autodétermination et à l’indépendance », a souligné le diplomate à l’issue de la session tenue lundi où l’instance a prolongé d’un an la mission pour le référendum dans la région (Minurso).

D’après  un communiqué rendu publique par l’organisation suite à l’adoption de la résolution, au lieu d’une approche équilibrée, claire et cohérente quant au  traitement du processus de paix et les réalités sur le terrain, le Conseil de sécurité a choisi une ambiguïté destructrice qui aggrave l’impasse actuelle et exacerbe la situation déjà tendue sur le terrain.

Il a averti que « cela ajoute de nouvelles couches de confusion à ce qui existait déjà » et a rejeté les pressions visant à impliquer l’Algérie outre le fait que le Front Polisario ne participera pas à des pourparlers fondés sur une approche qui s’écarte dans le fond ou la forme de ce qui a été accordé par l’ONU, l’Union africaine, signé par le Maroc et la partie sahraouie.

Le texte rédigé par les États-Unis appelle les parties au conflit à reprendre les négociations pour permettre une « solution durable mutuellement acceptable ».

La résolution a reçu 13 voix pour et deux abstentions, celles de la Russie (qui a gagné sur cette question ces dernières années) et du Kenya, dont l’ambassadeur auprès des Nations unies a émis des réserves sur un document qu’il a jugé déséquilibré.

Il a de nouveau inclus l’Algérie et la Mauritanie comme « parties » qu’il « encourage fortement » à participer au processus politique sur le Sahara Occidental, ce qui est plus conforme à la position du Maroc.

jcc/lam/ycv

EN CONTINU
notes connexes