mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Soutien écrasant à Cuba à l’ONU contre le blocus

Nations Unies, 3 novembre (Prensa Latina) Pour la trentième fois depuis 1992, la communauté internationale s’est exprimée aux Nations Unies (ONU) à la quasi-unanimité pour la résolution contre le blocus des Etats-Unis envers Cuba, approuvée par 185 voix.

Les États-Unis et leur fidèle allié Israël se sont opposés au texte, pendant que le Brésil et l’Ukraine se sont abstenus.

Le vote, annoncé sur les grands tableaux noirs de la plénière, a mis en évidence une fois de plus la solitude des Etats-Unis et leur surdité à la demande de Cuba, entendue pour la 30e fois dans cette enceinte.

La résolution s’ajoutera aux 29 adoptées chaque année depuis 1992, date à laquelle ce type de vote a débuté, interrompu seulement en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

Lors du débat précédant le vote, le ministre cubain des affaires étrangères Bruno Rodriguez a évoqué que plus de 80 % de la population de son pays était née sous le blocus.

L’intensification de cette politique a entraîné des difficultés et des retards dans l’arrivée d’équipements essentiels à la mise au point de vaccins, en arrêtant l’acquisition d’oxygène médical à un moment de grave pénurie du produit indispensable au traitement de la maladie.

« Cependant, grâce au développement scientifique réalisé et aux efforts de ses chercheurs, Cuba a pu fabriquer des vaccins et des ventilateurs pulmonaires », est félicité le ministre.

De plus, en réponse à l’urgence sanitaire, « le pays avait envoyé 58 brigades médicales dans 42 pays et territoires, outre plus de 28 000 spécialistes qui se trouvaient déjà dans 59 pays dans le cadre de missions de collaboration sanitaire ».

Le chef de la diplomatie cubaine a également dénoncé le fait que le blocus nord-américain porte atteinte à  la production nationale de médicaments  n’ayant jamais fait défaut à une telle échelle dans les hôpitaux et les pharmacies de l’île.

Et puis, la politique adverse de Washington prohibe l’acquisition d’équipements favorisant un plus haut niveau de vie des personnes handicapées, comme les aveugles et les malvoyants, entrave l’achat de valves cardiaques biologiques fabriquées aux États-Unis et de cathéters de faible calibre commercialisés par des entreprises étasuniennes, entre autres.

Selon lui, le siège des Etats-Unis entraîne des difficultés à obtenir des livraisons et des équipements sur d’autres marchés, comme l’Europe, et obstrue les transactions financières et commerciales de Cuba avec le monde.

Le diplomate a qualifié d’obsessionnelle la persécution des opérations financières internationales de Cuba; à titre d’exemple, quelque 600 transactions de ce type avec des institutions bancaires étrangères ont été freinées entre janvier 2021 et février 2022. Ainsi, plusieurs banques de pays tiers ont refusé de transférer les paiements de la société cubaine Alimport pour l’importation de denrées alimentaires.

Ce qui s’est passé lors du vote à la 77e session de l’AGNU a été anticipé aux Nations Unies au cours des deux jours de débat approfondi sur la question.

Les blocs régionaux et les représentants de plusieurs pays ont repris leur position contre ce siège économique, commercial et financier, qui a survécu à 11 administrations de la Maison Blanche.

jcc/ro/dfm

EN CONTINU
notes connexes