dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le climat et le développement au coeur de débats de l’AEC à Cuba

La Havane, 11 novembre (Prensa Latina) La 6ème Conférence de coopération internationale de l’Association des États de la Caraïbe (AEC) se clôturera ce vendredi à La Havane, après l’analyse de deux années de travail sur la lutte contre le changement climatique et le développement régional.

D’après son secrétaire général, Rodolfo Sabonge, l’importance de cette réunion qui s’est tenue pendant deux jours dans les salons de l’hôtel Packard réside dans son contenu : les travaux réalisés par les membres après l’approbation du Plan d’action et les projets qui en découlent.

Il a déclaré à la presse que la région luttait actuellement contre les effets de la pandémie de Covid-19, l’inflation laissée par la guerre et le changement climatique, raison pour laquelle « l’AEC doit prendre sa place et se projeter au niveau international ».

Ainsi, la 6ème Conférence permettra d’évaluer les projets visant à atténuer les effets du changement climatique, de rechercher les moyens de développement économique par une meilleure intégration du commerce intrarégional et d’améliorer la connectivité, le transport et la logistique.

En outre, on cherche à « stimuler le tourisme durable – énormément lesé par la crise sanitaire – afin qu’il puisse décoller et améliorer ce que nous avons déjà ».

Sabonge a mentionné des initiatives spécifiques, déjà en action, qui visent à réduire les effets du changement climatique sur l’érosion côtière, à améliorer la gestion et l’administration des déchets en mer, et à analyser les mouvements migratoires dus au réchauffement de la planète.

Quant aux questions commerciales, d’autres actions portent sur la transformation numérique et l’amélioration de la connectivité en renforçant la participation du secteur privé.

« Des travaux sont menés d’ailleurs sur la réduction des risques de catastrophes grâce à des systèmes de surveillance et d’alerte précoce », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a particulièrement reconnu le rôle joué par Cuba en tant que « marraine » de l’AEC et a déclaré que « l’une des raisons pour lesquelles nous organisons l’événement ici est que ce pays possède le plus grand nombre de représentations internationales dans la région, plus de 120 ».

Pour parler de coopération « il faut aller au-delà de nos 25 États membres et de nos 10 membres associés ; nous devons chercher des liens avec le reste de la communauté internationale qui peut être un partenaire du développement ».

jcc/ssa/rgh/att

EN CONTINU
notes connexes