dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La reprise des envois de fonds des États-Unis vers Cuba qualifiée de victoire

Washington, 16 novembre (Prensa Latina) Le militant Carlos Lazo a qualifié de victoire la reprise des envois de fonds des États-Unis vers Cuba, suspendus depuis 2020 dans le cadre de la politique de pression maximale menée par l’administration de l’ancien président Donald Trump. 

Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux, le coordinateur de l’initiative de solidarité avec l’île Puentes de Amor (Ponts d’Amour) a envoyé des félicitations à ceux qui « ont mené cette bataille » et a assuré qu’ils ne s’arrêteront pas jusqu’à ce que soient abrogées toutes les dispositions « punissant le peuple cubain » dans le cadre du blocus économique, commercial et financier imposé au pays des Caraïbes il y a plus de six décennies. 

Cette semaine, le gouvernement de Joe Biden a assoupli les restrictions sur l’envoi de fonds vers l’île après avoir accordé à VaCuba, une agence basée dans l’État nord-américain de Floride, l’autorisation d’opérer la gestion des devises avec Orbit S.A.. 

Selon les médias locaux, la société nord-américaine a déclaré avoir reçu l’autorisation du Bureau du contrôle des avoirs étrangers de mener des opérations avec Orbit S.A. et d’envoyer des fonds sur les cartes en MLC (monnaie librement convertible) des banques cubaines, avec une commission de 7%.

Sous la présidence de Trump (2017-2021), la société Western Union a dû mettre fin à ses activités sur l’île après une vingtaine d’années de relations avec Cuba, et ce suite à l’inclusion de Fincimex dans la liste des entités insulaires restreintes par le Département d’État.

Fincimex, société financière cubaine et partenaire de Western Union, avait alors accusé l’administration d’avoir interrompu le service entre les deux pays.

Le ministre des Affaires étrangères cubain, Bruno Rodriguez, a déclaré que les États-Unis utilisent ce sujet sensible comme une arme politique contre la population de l’île, fortement affectée par le siège unilatéral de Washington. 

En février de cette année, la Banque centrale de Cuba a autorisé Orbit S.A. à effectuer des virements depuis l’étranger et a autorisé les paiements par l’intermédiaire de son infrastructure pour des biens et services dûment autorisés.

Des organisations de solidarité avec l’île, dont Puentes de Amor, ont demandé à plusieurs reprises à Biden de lever des mesures coercitives contre l’île qui, bien qu’elles ne touchent pas à l’essence du blocus, sont un pas dans la bonne direction, selon les autorités cubaines.

peo/Jha/dfm/cgc

EN CONTINU
notes connexes