lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’extraterritorialité du blocus imposé à Cuba est dénoncée au Parlement Européen

Bruxelles, 16 novembre (Prensa Latina) Des eurodéputés, des juristes, des diplomates et des militants d’associations de solidarité ont dénoncé aujourd’hui au Parlement européen l’extraterritorialité du blocus imposé à Cuba par les États-Unis et ont appelé à agir contre celle-ci. 

Lors d’un forum intitulé «Laissez vivre Cuba : Mettez fin au blocus», convoqué par le groupe de la Gauche au Parlement européen, plusieurs voix se sont élevées pour rejeter l’objectif de Washington d’appliquer sa politique unilatérale aux entreprises, aux banques et aux citoyens du dénommé vieux continent.

Le débat, modéré par la députée française Leila Chaibi, a abordé de divers angles la portée extraterritoriale du siège, traduite en lois telles que la Torricelli (1992) et la Helms-Burton (1996), qui visent à asphyxier l’île.

Chaibi a répudié les préjudices causés par une politique qu’elle a qualifiée de guerre économique quotidienne, car elle attaque y compris l’accès aux médicaments et aux produits de première nécessité.

Wim Leysens, secrétaire de la Coordination belge pour la fin du blocus de Cuba, a expliqué les activités menées par la plate-forme de plus de 40 organisations qui luttent contre le siège et sa portée extraterritoriale.

Il a notamment évoqué les actions menées contre le refus des banques d’effectuer en Belgique des transferts vers l’île, par crainte des pressions nord-américaines et des sanctions.

La juriste Elizabeth Valdés-Miranda a déclaré lors de la réunion que Cuba n’a pas été sanctionnée par l’ONU et que Washington assume une prérogative que les États-Unis n’ont pas.

Les États-Unis ont changé toutes ces années de prétexte pour nous bloquer, et ils mentent, parce qu’ils n’ont pas l’autorité légale pour le faire, et ont une position contraire au droit international, a-t-elle manifesté.

L’ambassadrice de la nation antillaise en Belgique et auprès de l’Union européenne, Yaira Jiménez, est également intervenue lors de la rencontre et a présenté des exemples de l’extraterritorialité du blocus et de son impact en Europe.

peo/ro/wmr

EN CONTINU
notes connexes