vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba plaide pour l’élargissement du Conseil de sécurité de l’ONU

Nations Unies, 17 novembre (Prensa Latina) Le premier vice-ministre des Affaires étrangères de Cuba, Gerardo Peñalver, a défendu aujourd’hui l’élargissement du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour remédier à la sous-représentation des pays en développement. 

Intervenant lors d’une session de l’Assemblée générale de l’ONU, le fonctionnaire a souligné que cet élargissement devrait inclure de nouveaux membres permanents, en particulier de régions comme l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes, qui ne sont pas représentées dans cette catégorie.

Selon le site Web du Ministère des Affaires étrangères de La Havane, le diplomate a aussi souligné l’importance d’accroître le nombre de membres dans la catégorie des non-permanents.

Le vice-ministre a également saisi cette occasion pour réitéré que le Conseil de sécurité doit cesser de s’ingérer dans les affaires qui ne relèvent pas de sa compétence, en particulier celles qui relèvent du mandat de l’Assemblée générale. 

Il a également réaffirmé la position de Cuba en faveur d’un Conseil plus efficace, démocratique, transparent et représentatif.

Actuellement, cette structure de l’ONU compte 15 membres, cinq permanents : la Chine, les États-Unis, la Russie, la France et le Royaume-Uni, et 10 non-permanents qui varient en fonction des périodes.

En juin dernier, le représentant permanent de l’île auprès de l’Organisation des Nations Unies, Pedro Luis Pedroso, a rejeté la manipulation sélective des méthodes et pratiques du Conseil de sécurité et leur utilisation comme outil de pression contre des États souverains.

Cet organe doit représenter les intérêts de tous pour préserver le multilatéralisme, a souligné l’ambassadeur.

La plupart des pays membres des Nations unies conviennent que la composition de l’organisme chargé de veiller à la paix et à la sécurité internationales n’est pas représentative et ne reflète pas l’évolution de la réalité mondiale. 

La réforme du Conseil de sécurité est en suspens depuis longtemps, les discussions sur cette question ayant commencé il y a 20 ans.

peo/ro/cgc

EN CONTINU
notes connexes