dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La COP27 prolonge ses sessions en raison de l’absence d’accord sur des questions clés

Sharm El Sheikh, Égypte, 18 novembre (Prensa Latina) Le sommet de l’ONU sur le changement climatique (COP27) prolongera ses négociations jusqu’à demain en raison de l’absence d’accord sur plusieurs points clés, notamment sur le financement des pertes et dommages résultant de ce fléau, une revendication du Sud.

Cette déclaration a été faite ce vendredi par le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Soukry, en sa qualité de président de la 27e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (COP27).

Shoukry a exhorté les négociateurs gouvernementaux à faire des efforts supplémentaires après avoir averti que « le temps ne joue pas en notre faveur » étant donné le nombre de questions en suspens telles que le financement et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Dans une course contre la montre, les négociateurs ont intensifié leurs contacts ces dernières heures dans cette ville égyptienne, siège du sommet, dont la clôture était prévue cet après-midi.

« Des efforts supplémentaires sont nécessaires », a averti Shoukry hier lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

« Si certaines discussions ont été constructives et positives, d’autres n’ont pas reflété la reconnaissance attendue de la nécessité d’agir collectivement pour faire face à la gravité et à l’urgence de la situation », a-t-il déclaré.

Au milieu de rapports faisant état de tensions entre les négociateurs, Guterres a lancé un appel similaire.

« Il y a clairement un manque de confiance entre le Nord et le Sud, et entre les économies développées et émergentes », a-t-il admis.

Face aux demandes insistantes des nations moins développées, l’Union européenne a annoncé vendredi qu’elle accepterait la création du fonds sous certaines conditions, une décision qui a suscité des soupçons ici.

Le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a annoncé « une offre finale » de la part du bloc avec deux conditions : un soutien aux pays les plus vulnérables et une large base de donateurs.

« Nous sommes réticents à l’idée de créer un fonds pour cette question, car nous pensons qu’il existe des mécanismes existants, mais vu l’insistance, nous l’acceptons », a-t-il déclaré, en référence au G77, qui regroupe 134 pays.

Avec les États-Unis, l’UE et d’autres pays développés sont au centre des critiques pour leur refus de soutenir la création d’un tel mécanisme.

D’après un rapport de la Loss and Damage Collaboration, un groupe de plus de 100 chercheurs, 55 des économies les plus vulnérables face au changement climatique ont subi des pertes économiques de plus de 500 milliards de dollars entre 2000 et 2020.

Toutefois, plusieurs délégations, dont la Chine et l’Arabie saoudite, ont exprimé des doutes quant à cette proposition, estimant que le bloc européen cherchait à réécrire les pactes conclus lors d’événements précédents.

Carla Barnett, secrétaire générale de la Communauté des Caraïbes, a également semblé remettre en question ce plan, déclarant que « les tactiques de division et de retardement ne fonctionneront pas ».

« Il n’y a qu’une seule option pour les pays en développement, un fonds de financement offrant une voie équitable pour l’avenir de nos pays », a-t-elle souligné.

peo/ssa/mv/rob

EN CONTINU
notes connexes