jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un documentariste détenu au Myanmar rentre au Japon.

Tokyo, 18 novembre (Prensa Latina) Le documentariste japonais Toru Kubota, qui avait été condamné à dix ans de prison au Myanmar, est rentré à Tokyo aujourd’hui après avoir été amnistié par la junte militaire.

Le secrétaire en chef du cabinet japonais, Hirokazu Matsuno, a déclaré lors d’une conférence de presse que, depuis l’arrestation de Kubota le 30 juillet, son gouvernement était en communication constante avec les autorités du Myanmar pour demander « de manière répétée et ferme » sa libération.

Le cabinet a également soutenu le jeune homme de 26 ans en organisant des visites consulaires au sein de la prison où il était détenu et des contacts avec ses proches, a déclaré le porte-parole officiel.

« La sécurité des citoyens japonais voyageant à l’étranger est l’une des responsabilités les plus importantes du gouvernement », a-t-il souligné.

Kubota a été arrêté alors qu’il filmait une manifestation contre le coup d’État dans la ville de Yangon, selon la presse nationale.

Après son arrestation, un tribunal militaire a jugé le jeune Japonais pour avoir violé la Loi sur le contrôle de l’immigration en filmant les manifestations après être entré dans le pays d’Asie du Sud avec un visa de touriste.

Le cinéaste a également été reconnu coupable de sédition et d’autres infractions, ce qui pouvait le condamner à une peine de dix ans de prison, a rapporté l’agence de presse Kyodo.

« Je ressens un sentiment de gratitude que je ne peux décrire pour avoir été libéré si tôt », a déclaré Kubota à son arrivée à l’aéroport Haneda de Tokyo.

Il a également mentionné que, bien qu’il ait eu sa propre cellule et qu’il n’ait jamais été maltraité, la peine de dix ans d’emprisonnement pesait lourdement sur lui.

Le professeur australien Sean Turnell et la diplomate britannique Vicky Bowman ont été graciés en même temps que Kubota, ainsi que 5 774 autres prisonniers locaux, a indiqué le gouvernement japonais.

peo/ssa/jcm/lcp

EN CONTINU
notes connexes