jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lopez Obrador accueille le président de la Colombie au Palais national

Mexico, 25 novembre (Prensa Latina) Le président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, a accueilli vendredi son homologue colombien, Gustavo Petro, dans la cour d’honneur du Palais national.

Les deux présidents se sont rendus sur le podium où sont déployés les drapeaux des deux pays et, après avoir accompli le salut rituel, ils ont écouté les notes des hymnes nationaux de leurs nations respectives jouées par une fanfare militaire de cérémonie, le seul processus protocolaire où les discours ou autres actions ne sont pas habituels.

Après s’être serré la main devant les drapeaux pour la traditionnelle photo officielle-un témoignage d’amitié et de respect mutuel-, Lopez Obrador a invité Petro pour un bref tour dans les couloirs du Palais jusqu’au bureau où les leaders, puis le reste des délégations, se rencontrent à huis clos.

Quelques minutes plus tôt, lors de sa conférence de presse matinale habituelle, le président hôte a expliqué aux journalistes qu’il aborderait plusieurs questions d’intérêt bilatéral avec son invité, mais que la principale serait liée au sommet du Pacifique suspendu, un moyen d’intégration et de coopération socio-économique dont la Colombie est membre. C’est le troisième président que Lopez Obrador reçoit cette semaine, après le chilien Gabriel Boric et l’équatorien Guillermo Lasso.

Avec eux, il a discuté de la suspension de la réunion au sommet en raison de l’absence du président du Pérou, Pedro Castillo qui n’a pas pu recevoir la présidence intérimaire de l’alliance, car son congrès lui a refusé l’autorisation de se rendre au Mexique, où le sommet devait avoir lieu.

Cette question sera abordée entre les deux présidents, de même que les moyens de dynamiser les relations politiques et économiques avec ce pays, dont les relations internationales ont considérablement changé avec la présidence d’un progressiste diamétralement opposé au conservatisme qui prévalait en Colombie jusqu’à son triomphe électoral.

jcc/mem/lma

EN CONTINU
notes connexes