mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Pouvoir judiciaire ordonne d’indemniser les femmes stérilisées au Pérou

Lima, 29 novembre (Prensa Latina) Le Pouvoir judiciaire a ordonné aujourd’hui à l’État péruvien de fournir une réparation complète aux femmes, dont la grande majorité sont pauvres et indigènes, stérilisées sans consentement sous le gouvernement autoritaire d’Alberto Fujimori (1990-2000).

La décision précise que l’indemnisation doit être accordée aux personnes affectées qui figurent dans le Registre unique des victimes de stérilisation forcée, environ huit mille femmes, une infime partie d’environ 320 mille victimes, selon une estimation de l’Association des femmes péruviennes affectées par la stérilisation forcée.

La présidente de l’association, Rute Zúñiga, a déclaré que toutes les femmes affectées par la politique de stérilisation forcée que le gouvernement de Fujimori a présentée comme un programme de planification familiale devraient recevoir des réparations.

La Cinquième Cour constitutionnelle de Lima a déclaré fondé le processus de protection exposé par un groupe de femmes affectées et d’activistes et a déterminé que l’État péruvien doit adopter une politique de réparation intégrale à leur égard.

Zúñiga a déclaré à Prensa Latina que son organisation demande au Ministère de la Justice que ses avocats ne fassent pas appel de la décision du tribunal et que le gouvernement commence à verser les indemnisations.

La campagne massive de stérilisation de femmes pauvres et indigènes avait des objectifs que le personnel de santé en charge était obligé de respecter et de nombreux témoignages de femmes concernées indiquent qu’elles ont été privées de la possibilité de concevoir des enfants par tromperie ou par la force.

Un procès est actuellement en cours contre Fujimori -qui purge une longue peine pour la violation des droits de l’Homme et corruption- et ceux qui étaient alors ses ministres de la Santé en charge de la campagne de stérilisation.

peo/livp/ode/mme

EN CONTINU
notes connexes