lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Accord avec l’ELN pour le retour des emberas en Colombie

Bogota, 4 décembre (Prensa Latina) Des partis politiques et des experts colombiens ont salué aujourd’hui le premier accord entre le Gouvernement et l’Armée de Libération Nationale (ELN) qui permettra le retour des communautés emberas dans leurs territoires. 

L’anthropologue Pedro David Pérez-Torres s’est félicité de l’accord intervenu entre l’exécutif et l’ELN sur le premier point à l’agenda du processus de paix : le retour sur leurs terres des Emberas déplacés par le conflit armé. 

«J’espère que cette mesure sera étendue à toutes les communautés déplacées dans le pays par ce groupe armé», a souligné Pérez-Torres à travers son compte Twitter.

Le Parti Comunes, né de l’Accord de Paix de 2016 entre l’État et l’ancienne guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie-Armée du peuple (FARCE-EP), a qualifié de «très bonne nouvelle» cette réussite entre le gouvernement et l’ELN et a assuré que les dialogues de paix commencent à porter leurs fruits. 

«Pour cela, il faut que d’autres acteurs armés présents sur le territoire s’engagent également à respecter les communautés », a-t-il déclaré.

De même, les principaux quotidiens comme El Espectador, Caracol, El Tiempo, consacrent des espaces à cette annonce du président Gustavo Petro.

La nuit dernière, le mandataire a appelé à étendre à d’autres territoires du pays le premier accord conclu entre le Gouvernement national et l’ELN, par lequel cette organisation facilitera le retour des communautés emberas déplacées vers leurs lieux d’origine.

Petro a rappelé que le peuple Embera a été affecté par différents acteurs de la violence, « lui ôtant la tranquillité de vivre sur ses territoires ». Face à cette situation, il a souligné l’importance de l’accord conclu, en l’espace d’une semaine, dans le cadre des dialogues de paix qui se déroulent à Caracas, au Venezuela.

« Avec l’ELN, une conversation, un dialogue de paix a commencé. Le premier point d’accord que nous avons atteint avec l’ELN, en à peine une semaine de ces dialogues, est que les populations déplacées par cette organisation des territoires indigènes emberas peuvent retourner dans leurs réserves, avec la garantie de non-répétition », a précisé le mandataire.

Petro a souligné que cet accord doit être appliqué à d’autres populations, pour que le retour de n’importe quel groupe ethnique de la population soit possible sur tout le territoire national.

Dans le cadre de la politique de Paix Totale du gouvernement de Petro, les pourparlers avec l’ELN ont commencé le 21 novembre dernier à Carcas, la capitale vénézuélienne. 

peo/oda/otf

EN CONTINU
notes connexes