jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Impact de l’Amérique latine dans la lutte pour la libération d’Assange

Buenos Aires, 6 décembre (Prensa Latina) L’Amérique latine unie peut avoir un impact énorme dans la lutte pour la libération du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré le rédacteur en chef de cette plateforme, Kristinn Hrafnsson, lors de sa visite en Argentine. 

Dans une interview accordée à l’agence de presse Télam, Hrafnsson a alerté sur l’état de santé du cyber-activiste, qui est détenu dans une prison britannique et risque d’être extradé vers les États-Unis. 

Ces dernières semaines, le rédacteur en chef et son collègue Joseph Farrell ont rencontré le président colombien Gustavo Petro et le nouveau président élu du Brésil Luiz Inácio Lula da Silva. 

La veille, ils ont été reçus par le chef d’État argentin, Alberto Fernández, et la vice-présidente Cristina Fernández. 

Hrafnsson a affirmé que la région pouvait avoir un effet multiplicateur et inciter d’autres dirigeants à soutenir Assange. 

Il ne s’agit pas seulement d’un individu, mais d’une question fondamentale pour la démocratie : la liberté de la presse et d’expression, a-t-il affirmé. 

Il a ajouté que le journaliste australien se trouvait dans les pires conditions de détention au sein de la prison de haute sécurité de Belmarsh et qu’il craignait pour son bien-être et sa vie. 

Je l’ai vu il y a un mois. Je suis l’un des rares à pouvoir lui rendre visite dans cet endroit horrible. Sa santé se détériore, chaque mois il semble plus fragile. Il perd du poids et j’ai peur pour lui. Il vit dans des conditions horribles depuis trois ans et demi, a-t-il manifesté. 

En outre, il a souligné que tout cela fait partie d’une grave persécution judiciaire menée par l’empire le plus puissant du monde. 

Pour Hrafnsson, les changements (politiques) en Amérique latine représentent une lueur d’espoir pour de nombreux pays européens où les forces antidémocratiques sont en hausse. 

Restez ensemble, unissez vos forces, car cela aura un impact, a-t-il déclaré.

En cours d’année, le gouvernement britannique a annoncé sa décision d’autoriser l’extradition d’Assange, après que la Haute Cour de Londres ait accepté l’appel interjeté par des procureurs nord-américains contre la décision d’une juge de première instance qui avait refusé son extradition pour des raisons de santé. 

Le cyber-activiste est emprisonné au Royaume-Uni depuis que l’Équateur lui a retiré son asile politique en 2019, lequel avait été accordé sept ans plus tôt, et a autorisé la police à l’arrêter dans son ambassade à Londres. 

Les États-Unis prétendent le juger pour avoir révélé des crimes de guerre commis par des militaires nord-américains en Irak et en Afghanistan, ainsi que des milliers d’archives secrètes de la diplomatie étasunienne. 

S’il est jugé et reconnu coupable par un tribunal nord-américain, Assange pourrait être condamné à 175 ans de prison sur la base de 17 chefs d’accusation liés à une loi sur l’espionnage datant de 1917. 

peo/rgh/gaz

EN CONTINU
notes connexes