mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Castillo en quête d’asile lors de son arrestation au Pérou

Lima, 8 décembre (Prensa latina) Le président péruvien déchu, Pedro Castillo, se rendait hier à l’ambassade du Mexique pour demander l’asile lorsqu’il a été arrêté et détenu pour être transféré dans une prison où purge une peine l’ancien mandataire Alberto Fujimori. 

Après avoir été destitué par le Parlement, Castillo et sa famille ont quitté la résidence présidentielle avec des valises et autres effets personnels et se sont rendus avec son escorte à l’ambassade du Mexique, selon le rapport de police sur la détention.

Au Mexique, il a été signalé que ce pays était prêt à lui accorder l’asile.

Cependant, le conducteur de la voiture qui conduisait Castillo et son ancien Premier ministre et maintenant avocat, Aníbal Torres, a reçu l’ordre de conduire le président élu 17 mois plus tôt au siège de la Région Lima de la Police, où il a été arrêté.

Des sources policières ont révélé qu’une réunion des commandants de la Police nationale qui analysait la situation soulevée par la décision de Castillo d’annoncer la dissolution du Congrès avait convenu de ne pas le soutenir et, au contraire, de l’arrêter pour flagrant délit de rébellion pour avoir justement pris la mesure précitée.

Au siège de la police où il était détenu, le Procureur de la Nation, Patricia Benavides, a ouvert la procédure préliminaire contre Castillo pour le délit susmentionné et, dans la nuit, l’ancien mandataire a été transféré à un poste de police dans le quartier voisin de Rimmac.

De là, un hélicoptère l’a transporté hier soir jusqu’à la prison construite sur le périmètre de la caserne de la Direction des opérations spéciales (Diroes), du côté est de la ville, où il a été emprisonné.

Cette prison a été construite pour que l’ancien mandataire (1990-2000) Fujimori purge une peine de 25 ans pour des crimes contre l’humanité et où l’ancien président Ollanta Humala a passé plus de neuf mois en détention préventive.

peo/Jha/Mrs

EN CONTINU
notes connexes