mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Union européenne s’inquiète du refus par le Paraguay de l’aide en matière d’éducation

Asuncion, 14 décembre (Prensa Latina) L’Union européenne (UE) a adressé sa « préoccupation croissante » face à la possibilité que le Paraguay annule un accord d’aide de 38 millions d’euros destiné à l’éducation du pays sud-américain.

Le bloc de l’UE « ne finance pas le projet de transformation de l’éducation et ne décide pas non plus du contenu du programme d’études du système éducatif public », indique un communiqué diffusé par l’équipe de presse et d’information de la délégation de l’UE au Paraguay.

Les clarifications de l’organisme européen interviennent au milieu d’un projet de loi débattu au Sénat sur la possible suspension de la loi qui protège cette coopération, qui a déjà une demi-loi à la Chambre des députés, et répondent au refus de certains secteurs contre cette aide étrangère.

Les fonds que l’organisation européenne alloue au secteur éducatif paraguayen « sont non remboursables et inconditionnels », et « n’incluent pas l’idéologie du genre », précise le communiqué.

« Nous regrettons les dommages qu’une abrogation unilatérale de l’accord financier causerait aux relations entre l’UE et le Paraguay, qui se poursuivent depuis 30 ans d’amitié et de coopération continue », ajoute le communiqué.

Pour sa part, le ministère local des affaires étrangères a appelé au respect de la validité de l’accord, convenu entre les deux parties et dont l’abrogation est examinée par le Sénat, bien qu’il soutienne le soi-disant plan national de transformation de l’éducation.

Un communiqué du ministère exprime son inquiétude quant au projet de loi examiné par le corps législatif contre ce qu’il décrit comme « un traité international en vigueur, signé, approuvé et dûment ratifié conformément aux mandats constitutionnels ».

Le gouvernement a prévenu il y a quelques jours que la fin de cette aide européenne au secteur éducatif paraguayen, si la proposition parlementaire d’y renoncer devait aboutir, affecterait quelque 75 000 étudiants.

Selon le directeur de l’administration du ministère de l’éducation et des sciences, Oscar Stark, 47 000 diplômés du secondaire se retrouveraient également sans kits scolaires ni bons pour leurs études scientifiques si ce soutien européen venait à disparaître.

Le président Mario Abdo Benitez a annoncé qu’il opposerait son veto à la loi, qualifiant d' »irresponsable » l’approbation par la Chambre des députés du projet de loi contre le soutien de l’UE au développement du plan de transformation de l’éducation nationale.

L’autorité a considéré le rejet de 38 millions d’euros de coopération non remboursable pour la formation éducative comme un « manque de maturité » et a attribué cette décision à « une campagne de manipulation à des fins électorales ».

Ces dernières semaines, des groupes de parents ont organisé plusieurs marches à l’appel de la Red Ciudadana por la Niñez y la Adolescencia (Réseau des citoyens pour l’enfance et l’adolescence) « pour défendre l’autorité parentale, l’éducation et la souveraineté des enseignants ».

Plusieurs organisations et familles d’étudiants refusent également les dons étrangers assortis d’impositions qui menacent l’intégrité physique, psychologique et spirituelle des enfants.

La position contre l’aide de l’UE et d’autres entités étrangères à  l’éducation est également contestée par plusieurs syndicats d’enseignants qui demandent que le processus d’amélioration de l’éducation soit relancé conformément à la loi et à la constitution.

jcc/jha/apb

EN CONTINU
notes connexes