jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un politicien autrichien critique les déclarations de Merkel sur les accords de Minsk

Vienne, 17 décembre (Prensa Latina) L’ancien vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache a critiqué cette semaine les propos de l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel sur les accords de Minsk et les a qualifiés de terrifiants par leur franchise.

« La franchise avec laquelle Merkel s’exprime sur le sujet est effrayante », a déclaré l’homme politique autrichien à la télévision de cette capitale.

Selon Strache, de tels propos sapent les bases de la confiance entre les parties.

Dans une interview publiée par le quotidien allemand Die Zeit le 7 décembre, l’ancienne chef de gouvernement a décrit la conclusion des accords de Minsk comme une tentative de donner à l’Ukraine le temps de se renforcer.

D’après elle, il était clair pour tout le monde que le conflit restait gelé et que le problème n’était pas résolu, mais c’est ce qui a donné à l’Ukraine un temps précieux.

Merkel a exprimé des doutes sur le fait que les pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord étaient alors en mesure de soutenir Kiev autant qu’ils le font aujourd’hui.

Lors de la signature du pacte à Minsk, en Biélorussie, les autorités ukrainiennes se sont engagées à réformer leur constitution pour accorder une large autonomie à Lougansk et Donetsk et à organiser des élections locales dans les deux régions.

Le 24 février, la Russie a lancé une opération militaire spéciale en Ukraine pour défendre les républiques autoproclamées du Donbass, précédemment reconnues par Moscou comme des États souverains, contre le génocide perpétré par Kiev.

L’un des principaux objectifs de l’opération, selon le président russe Vladimir Poutine, est la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine.

Le dirigeant russe a affirmé que les accords de Minsk ont été anéantis par les autorités actuelles de Kiev bien avant la reconnaissance des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk et que les déclarations de Merkel ne font que justifier le début de l’opération militaire spéciale.

peo/ssa/lam/amp

EN CONTINU
notes connexes