lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président bolivien exprime sa solidarité avec Julian Assange

La Paz, 18 décembre (Prensa Latina) Le président de la Bolivie, Luis Arce, a plaidé hier dans un tweet pour que cesse la persécution du journaliste fondateur de Wikileaks, Julian Assange, en annonçant une rencontre avec des représentants de cette entité. 

« Nous convenons que l’un des fondements de la démocratie est de ne pas condamner le droit de dire la vérité, comme c’est malheureusement le cas du journaliste Julian Assange. Nous espérons que sa persécution injuste prendra bientôt fin », a écrit le mandataire sur son compte Twitter. 

Assange risque d’être extradé du Royaume-Uni vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à plus de 100 ans de prison, selon les accusations du gouvernement de ce pays.

En novembre dernier, le prix Nobel alternatif paraguayen Martin Almada a demandé à l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) de nommer Assange Ambassadeur de bonne volonté dans le monde. 

En révélant la demande, le défenseur des droits humains, avocat et pédagogue, a estimé que cette décision rendrait un juste hommage à « suivre l’exemple » du journaliste australien.

Le texte adressé à la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, avec copie à Prensa Latina, a souligné que « la liberté d’expression est un droit humain fondamental consacré à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme ».

peo/nmr/jpm

EN CONTINU
notes connexes