mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Parlement tente d’approuver des élections anticipées au Pérou

Lima, 19 décembre (Prensa Latina) Le Parlement péruvien tentera à nouveau lundi de parvenir à un accord pour convoquer des élections générales anticipées, l’une des principales revendications des manifestations, dans lesquelles 25 civils ont trouvé la mort jusqu’au week-end dernier.

La présidente Dina Boluarte a déclaré qu’elle était confiante dans le fait que le corps législatif parviendrait à un accord qui, de l’avis général, contribuerait à désamorcer la situation catastrophique, bien qu’il ait échoué vendredi dernier lorsqu’un projet de loi visant à le présenter n’a pas obtenu la majorité nécessaire.

Les divergences portent sur le délai et les conditions d’organisation des élections. Les bancs d’extrême droite et leurs alliés du centre proposent des délais plus longs et des réformes qui correspondent à leurs positions.

La gauche considère que les délais proposés étaient trop longs compte tenu de l’urgence exigée par l’aggravation de la crise et les protestations, et demande que les élections incluent un référendum dans lequel la population décide si elle veut ou non une assemblée constituante.

Les législateurs de gauche et du centre proposent comme solution alternative une formule appliquée en 2000, après la fuite d’Alberto Fujimori, qui était au pouvoir jusque-là.

À cette époque, les vice-présidents ont démissionné et Valentin Paniagua a été élu par consensus à la tête du parlement avec le droit de succession présidentielle pour entamer une transition vers les élections de 2001.

Cette fois, la proposition en gestation prévoit la démission de Boluarte et la démission du chef du Congrès, José Williams, et l’élection d’un membre fiable du Congrès.

Le président a entériné son refus de quitter ses fonctions, invoquant la légalité de sa promotion à ce poste depuis la vice-présidence en remplacement de Pedro Castillo, emprisonné pour avoir tenté de dissoudre le parlement.

Elle a également déclaré que l’appel à sa démission était lié à son statut de femme et à sa revanche politique, et a annoncé qu’elle changerait son premier ministre, Pedro Angulo, qui a prêté serment il y a seulement neuf jours, et qu’elle changerait d’autres titulaires.

La semaine dernière, la présidente a perdu ses ministres de l’éducation et de la culture ayant démissionné parce qu’ils n’étaient pas d’accord avec les décès survenus pendant des manifestations.

Parallèlement, les critiques se multiplient de la part de ceux qui l’accusent de militariser le pays, voire d’instaurer un régime civile et militaire dictatorial, ce qu’elle nie défendant les forces en uniforme contre les allégations de transgressions des droits de l’homme. La liste des 25 décès rendue publique par le ministère de la Santé indique que la cause du décès est due à des projectiles d’armes à feu ou simplement « à confirmer », et dans un cas à un problème de pancréatite.

Dans le cadre des changements opérés au sein du gouvernement, Boluarte a nommé hier Juan Carlos Liendo, un général à la retraite qui, selon le journaliste Eloy Marchan, était jusqu’à sa nomination un commentateur fréquent de la chaîne de télévision d’extrême droite Willax, à la tête de la Direction nationale du renseignement (DINI).

jcc/jcm/mrs

EN CONTINU
notes connexes