jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Nouvelles sanctions des États-Unis contre la Russie

Washington, 22 décembre (Prensa Latina) Les États-Unis ont annoncé aujourd’hui de nouvelles sanctions contre la Russie, impliquant cette fois 10 entités navales du géant eurasien. 

Un jour après la visite à Washington du président ukrainien Volodimir Zelensky, un communiqué du Département d’État a rapporté que la mesure est appliquée en réponse à l’attaque de la Russie contre des ports du pays européen.

Parmi les entités sanctionnées figure l’Institut central de recherche sur les matériaux structurels Prometey, considéré comme l’une des entreprises russes les plus importantes concernant la construction navale et le développement de technologies militaires. 

D’autres entreprises impliquées dans le développement, la production et la recherche de ce secteur figurent également sur la liste unilatérale de la Maison Blanche.

Le 24 février dernier, le président russe Vladimir Poutine, suite à une demande d’aide des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, a lancé une « opération militaire spéciale » dans le but de « démilitariser » et de « dénazifier » l’Ukraine et de « mettre fin au génocide » contre les habitants du Donbass.

Depuis lors, la stratégie de blocus commercial, de veto bancaire et technologique, de restrictions monétaires, de soutien à l’armée ukrainienne, entre autres mesures visant à étouffer la Russie, s’est intensifiée, ce qui n’a pas encore eu les effets souhaités par l’Occident.

En 2014, lors de la première série de mesures punitives, les autorités de Moscou ont mis en place des mécanismes de défense pour mettre fin à la dépendance du pays à l’égard du dollar dans ses transactions commerciales et ainsi protéger son économie.

Actuellement, 16 pour cent seulement des devises du géant eurasien sont libellées en dollars, contre 40 pour cent il y a cinq ans. 

Pour de nombreux observateurs, nombre des sanctions ont eu l’effet inverse et ont notamment touché l’Union européenne, qui dépend fortement des ressources russes.

peo/lam/dfm

EN CONTINU
notes connexes