mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des migrants abandonnés près de la résidence de la vice-présidente des États-Unis

Washington, 25 décembre (Prensa Latina) Des dizaines de migrants conduits par des bus depuis l’État du Texas ont été abandonnés dans la rue près de la résidence de la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, et ce alors même que les températures étaient inférieures à zéro degré Celsius, rapportent aujourd’hui des médias locaux. 

Les rapports des chaînes ABC 7 et Fox News accusent le gouverneur du Texas, Greg Abbott, qui a déjà commis des actes de cette nature au cours des derniers mois en affirmant protester contre la politique migratoire de l’administration du président Joe Biden. 

En septembre dernier, Abbott a envoyé deux autobus devant la demeure de Harris, et les républicains Ron Desantis, de Floride, et Doug Ducey, de l’Arizona, ont quant à eux envoyé des migrants récemment arrivés dans leur juridiction vers des villes administrées par des démocrates dans tout le pays.

« La veille de Noël, les bus du gouverneur Abbott ont déposé dans le froid des migrants chez la vice-présidente. Ce n’est pas nouveau, cela se produit depuis 8 mois », a écrit ce matin sur Twitter le Réseau d’Entraide de Solidarité avec les Migrants, qui a conduit ces personnes vers une église locale. 

Les tensions à la frontière sud des États-Unis s’intensifient depuis plusieurs jours, avec l’accumulation de personnes en attente de la fin d’une mesure d’expulsion des demandeurs d’asile pour des raisons sanitaires, et dont l’abrogation, qui aurait dû entrer en vigueur le 21 décembre dernier, a été reportée par la Cour suprême.

Dans un communiqué cité par le quotidien The Hill, le Département de la Sécurité nationale a récemment indiqué qu’il continuait d’appliquer pleinement les lois sur l’immigration et la santé publique à la frontière.

« Les personnes et les familles qui tentent d’entrer (dans le pays) sans autorisation sont expulsées, comme l’exige la décision judiciaire en vertu de l’autorité de santé publique du titre 42, ou sont placées en procédures d’expulsion », a-t-il souligné. 

Étant donné que les températures restent dangereusement basses le long de la frontière, a ajouté le Département de la Sécurité nationale, personne ne devrait mettre sa vie entre les mains de passeurs, ou risquer sa vie et son intégrité physique en essayant de traverser pour être ensuite expulsé.

peo/oda/Ifs

EN CONTINU
notes connexes