lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Netanyahou soutient l’élection de personnes racistes au Parlement israélien

Tel Aviv, 26 décembre (Prensa Latina) Le Premier ministre désigné d’Israël, Benjamin Netanyahu, a soutenu l’annulation d’une loi interdisant aux personnes racistes de faire partie de la Knesset (Parlement), a révélé aujourd’hui The Jerusalem Post. 

Selon le journal, la nouvelle réglementation que le parti Likoud, dirigé par Netanyahu, prévoit de promouvoir, remplacerait une clause dans la loi fondamentale (qui fait office de Constitution) qui interdit ceux qui « incitent au racisme » de postuler à un siège au sein de l’hémicycle .

Cela permettrait à des radicaux d’extrême droite comme Michael Ben-Ari, Baruch Marzel et Bentzi Gopstein de se présenter aux élections, lesquels ont été interdits de participation aux élections par le passé en raison de ladite clause, a souligné le journal.

La mesure est impulsée par le mouvement Pouvoir Juif, un des partenaires de la coalition d’extrême droite qui a remporté les élections le mois dernier.

Cette formation est dirigée par Itamar Ben Gvir, connu pour ses positions ouvertement racistes et anti-arabes.

Accusé plus de 50 fois et condamné huit fois pour émeutes, vandalisme et incitation au racisme, ce dernier compte une longue liste d’actions provocatrices contre les Palestiniens.

Ce politicien a récemment été nommé ministre de la Sécurité nationale avec des pouvoirs sans précédent sur la police nationale.

Nommer Ben Gvir ministre de la Sécurité nationale revient à choisir David Duke, chef historique du groupe raciste Ku Klux Klan, comme procureur général des États-Unis, a récemment averti le rabbin Rick Jacobs.

Selon un sondage de l’Institut Kantor, 42 % des Israéliens interrogés se sont montrés pessimistes sur l’avenir du pays face à l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, le plus à droite de l’histoire nationale.

Le sondage a révélé que seulement 29% des personnes interrogées étaient optimistes et que les autres ont évité de répondre.

peo/jf/rob

EN CONTINU
notes connexes