vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le ministre cubain des Affaires étrangères dénonce les liens de Twitter avec le gouvernement des Etats-Unis

La Havane, 27 décembre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a dénoncé aujourd’hui les liens de Twitter avec des agences gouvernementales nord-américaines pour mener une guerre psychologique contre Cuba et a exigé une réponse à ce sujet.

Sur son compte Twitter, le ministre des affaires étrangères a souligné que les « Twitter Files », des documents divulgués aux journalistes sur les activités de l’entreprise, montrent que les agences de renseignement américaines, le Pentagone et le Département d’État coordonnaient ces activités.

Dans le même temps, le Federal Bureau of Investigation (FBI) a payé la société pour qu’elle réponde à ses demandes, a-t-il ajouté. 

Parmi les cibles de ces actions figurent des utilisateurs cubains, a déclaré Rodriguez, qui dans un autre message a commenté que le rédacteur en chef de Substack, Matt Taibbi, avait révélé que parmi les longues listes de comptes que Twitter a reçues avec des indications de censure figuraient des Cubains, « marqués pour la modération ou l’exécution numérique ».

Le rédacteur en chef a également révélé que Washington était en contact permanent non seulement avec l’entreprise, mais aussi avec pratiquement toutes les grandes entreprises technologiques, dont Facebook, Microsoft, Verizon, Reddit et même Pinterest, a ajouté le ministre des affaires étrangères.

Le ministre cubain a profité de ces nouveaux éléments pour réitérer la dénonciation qu’il a faite devant l’Assemblée générale des Nations unies le 3 novembre et exiger des réponses à ce sujet.

À l’époque, Rodriguez avait déclaré que le gouvernement des États-Unis alloue des dizaines de millions de dollars provenant du budget fédéral et de fonds secrets, et recrute des institutions gouvernementales et des entreprises privées pour financer des opérateurs politiques qui mènent des campagnes de désinformation, de haine et de déstabilisation sur les réseaux numériques contre Cuba.

À cet égard, il a rappelé que, le 24 octobre, Twitter et Meta (Facebook), qui compte désormais parmi ses cadres supérieurs l’ancien directeur de campagne d’un sénateur républicain anticubain, ont déployé simultanément des actions de censure contre les médias publics et les utilisateurs cubains. 

Dans le cadre de ces actions, ils ont étiqueté plusieurs publications comme étant liées au gouvernement cubain, limitant leur portée sur les réseaux et éliminant les comptes critiques des opérations de déstabilisation contre la nation caribéenne. 

« Il s’agit d’une action sélective et coordonnée qui viole le droit à la libre expression des Cubains et exprime la subordination de ces entreprises à l’arbitraire des politiciens américains », a-t-il souligné.

jcc/mem/kmg

EN CONTINU
notes connexes