mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le ministre des affaires étrangères Lavrov dénonce le fait que l’Occident cherche à détruire la Russie

Moscou, 27 décembre (Prensa Latina) Les États-Unis et leurs alliés de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) cherchent à vaincre la Russie sur le champ de bataille afin de la détruire, a déclaré aujourd’hui le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Les actions des nations occidentales et du président ukrainien, Vladimir Zelensky, qu’elles contrôlent, confirment la nature globale de la crise en Ukraine, a déclaré le ministre russe des affaires étrangères dans une interview publiée par l’agence de presse TASS.

M. Lavrov a souligné que les États-Unis profitent économiquement, militairement et stratégiquement du conflit ukrainien. 

Dans le même temps, Washington est en train de résoudre une tâche géopolitique importante, qui consiste à briser les relations traditionnelles entre la Russie et l’Europe, et donc à assujettir davantage ses satellites européens, a-t-il déclaré.

Le ministre des affaires étrangères a rappelé que Moscou est prêt à traiter les questions de sécurité tant dans le contexte de l’Ukraine qu’au niveau stratégique lorsque Washington « mûrira » pour comprendre à quel point sa politique actuelle est défectueuse.

Les dirigeants américains doivent comprendre qu’il n’y a pas d’alternative à des relations fondées sur le respect mutuel et l’égalité avec nous, en tenant compte des intérêts légitimes de la Russie, a déclaré le ministre des affaires étrangères. 

Lavrov a prévenu que les États-Unis faisaient tout leur possible pour prolonger le conflit en Ukraine et le rendre plus violent. 

Il a ajouté que le Pentagone « planifie les commandes de l’industrie de la défense américaine pour les années à venir, relève toujours le plafond des dépenses militaires pour les besoins des forces armées ukrainiennes et exige la même chose des autres participants de l’alliance anti-russe.

« Pour notre part, nous sommes prêts à traiter les questions de sécurité tant dans le contexte de l’Ukraine que dans une sphère stratégique plus large », a conclu M. Lavrov.

jcc/lam/gfa

EN CONTINU
notes connexes