dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lopez Obrador a remercié le président cubain pour l’aide apportée en termes de santé à son pays

Mexico, 29 décembre (Prensa Latina) Le président Andrés Manuel López Obrador a remercié jeudi son collègue Miguel Diaz-Canel pour le soutien apporté par Cuba à l’envoi de médecins spécialistes afin de renforcer le nouveau système national de santé publique.

Lors de sa conférence de presse matinale au Palais national, au cours de laquelle il a nié l’existence d’une pénurie de médicaments dans les hôpitaux publics, il a affirmé qu’ils  étaient heureusement en train de sortir des problèmes  par le biais de l’embauche de médecins d’autres pays et de faire des appels pour avoir tous les médecins dont nous avons besoin.

Il a proclamé que Cuba les avait beaucoup aidés « et nous avons remercié le peuple cubain du fond du cœur lorsque nous avons parlé avant-hier avec le président Diaz-Canel pour nous avoir envoyé 500 spécialistes et ainsi nous continuons à avancer pour avoir tous les médecins dont nous avons besoin ».

Il a expliqué qu’hier, dans de nombreux hôpitaux, il n’y avait pratiquement pas de consultations dont les patients avaient besoin parce qu’ils ne disposaient pas des spécialistes requis.

C’est pourquoi nous sommes si reconnaissants envers Cuba et nous soutenons notre amitié avec ce peuple, ainsi qu’avec d’autres pays comme le Belize, l’Argentine, l’Uruguay, le Pérou, qui  traverse cependant une situation difficile, et le Brésil « où Beatriz, mon épouse, me représentera à l’investiture de Lula, dont l’élection est une bénédiction pour ce peuple ».

Démentant la nouvelle campagne de l’opposition et des médias hostiles à son gouvernement, il a confirmé que tous les médicaments nécessaires pour 2023 et 2024 pour les centres de santé et les hôpitaux, qui ont été ruinés par la corruption, ont déjà été achetés.

Le président du Mexique  a rappelé qu’ il n’y avait que 13 entreprises  sans même pas de laboratoires, les seules qui pouvaient acheter à l’étranger ce qu’elles décidaient, et non pas en fonction des besoins, et qu’elles contrôlaient 160 milliards de pesos (plus de huit milliards de dollars) chaque année. 

Il a fallu procéder à une réforme constitutionnelle pour éliminer ce privilège et l’énorme corruption qui coûtait si cher au peuple, mais cela a été fait et le gouvernement peut désormais acheter à l’étranger sans intermédiaire et un accord a été conclu avec l’ONU à cet égard.

« Nous cherchons maintenant à améliorer et à rendre plus efficace la distribution, notamment dans ce que l’on appelle le dernier kilomètre, c’est-à-dire l’entrée du médicament dans chaque centre et hôpital », a-t-il déclaré.

« C’est pourquoi, nous espérons qu’au milieu de l’année prochaine, nous aurons un système de santé de la plus haute qualité au monde, égal ou supérieur à celui du Danemark, et nous allons tenir cet engagement parce que nous progressons bien face à des obstacles tels que la réparation et l’équipement des hôpitaux et la présence de médecins généralistes et spécialistes ».

Jcc/mgt/lma

EN CONTINU
notes connexes