vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Palestine salue un vote à l’ONU contre l’occupation israélienne

Ramallah, 31 décembre (Prensa Latina) Le gouvernement palestinien a salué aujourd’hui une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU demandant à la Cour Internationale de Justice (CIJ) un avis sur la « signification légale de l’occupation israélienne ». 

Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a salué dans un communiqué le vote tenu hier « malgré les tentatives infructueuses (…) de pression et de chantage sur certains pays pour changer leur vote ».

Adoptée par 87 voix pour, 26 contre et 53 abstentions, l’initiative demande également à cet organe de justice de se prononcer sur le conflit et d’enquêter sur les lois discriminatoires et les mesures de Tel-Aviv pour changer la composition démographique de Jérusalem-Est.

Le ministère a souligné l’importance de demander à la CIJ un avis juridique sur la nature de l’occupation israélienne et la nécessité de définir les responsabilités et les devoirs de la communauté internationale en la matière.

Il a par ailleurs salué tous ceux qui ont contribué à cette réussite historique, tout en exprimant sa consternation face aux tentatives de plusieurs nations, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, de modifier le vote de nombreux pays par des pressions et des menaces.

« Cette décision historique ouvrira une nouvelle ère pour responsabiliser Israël » de ses crimes, a-t-il souligné.

Pour sa part, le porte-parole de la présidence, Nabil Abu Rudeina, a déclaré que le vote reflète « le soutien du monde à notre peuple et à ses droits historiques inaliénables ».

Il est temps de tenir Israël responsable de ses violations continues et de mettre fin à la politique de deux poids, deux mesures, a-t-il déclaré.

Le secrétaire général du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, Hussein al-Sheikh, a pour sa part révélé que le président Mahmoud Abbas avait reçu des pressions visant à ce que cette résolution ne soit pas présentée devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU).

peo/ro/rob

EN CONTINU
notes connexes