samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Uruguay attend l’extradition de l’Espagne d’un médecin répressif

Montevideo, 4 janvier (Prensa Latina) La justice uruguayenne attend aujourd’hui une décision de l’Audience nationale d’Espagne sur la demande d’extradition d’un médecin recherché pour crimes contre l’humanité.

Il s’agit du docteur Carlos Américo Suzacq, accusé d’avoir collaboré à la torture de détenus politiques pendant la dernière dictature qui a régné ici entre 1973 et 1985.

L’Audience nationale espagnole doit se prononcer le 11 janvier prochain, après avoir déjà extradé en mars 2021 le colonel Eduardo Ferro, également recherché pour crimes contre l’humanité dans le cadre du Plan Condor, une opération régionale de répression et de disparitions à l’époque.

Suzacq, 72 ans, qui vit à Madrid depuis des années et possède la double nationalité, est accusé d’avoir conseillé les répresseurs dans les tortures auxquelles étaient soumis de nombreux prisonniers politiques.

Il est accusé d’être responsable de blessures graves et de privation de liberté.
Plusieurs documents émanant d’organisations de défense des droits de l’homme en Uruguay indiquent que le médecin a établi des « dossiers médicaux » sur plus de 40 détenus et personnes torturées.

Il est notamment accusé d’avoir supervisé le processus de torture à l’encontre de Luis Eduardo Gonzalez en 1974, qui en est mort le 26 décembre 1976 au Sixième Régiment de Cavalerie, comme le reconnaît l’État uruguayen.
Ses restes ont été retrouvés et on pense qu’il a été incinéré et jeté dans le Río de la Plata.

jcc/rgh/ool

EN CONTINU
notes connexes