mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lopez Obrador approuve la présence militaire dans le métro de Mexico

Mexico, 13 janvier (Prensa Latina) Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a défendu aujourd’hui le déploiement de six mille gardes sur les lignes de métro de la capitale au vu de la sécurité des citoyens.

La question a été soulevée lors de sa conférence de presse matinale au Palais national, dans le sillage de la décision prise hier par le chef du gouvernement, Claudia Sheinbaum, suite à la forte hypothèse selon laquelle la collision de deux unités la semaine dernière, qui a fait un mort et plus de 50 blessés, serait le résultat d’un sabotage.

Il a déclaré que la présence des militaires et des autorités de la capitale dans ce moyen de transport populaire utilisé par les personnes les plus pauvres étai t un moyen efficace de protéger les citoyens, afin qu’ils sentent qu’il y a une surveillance et qu’on s’occupe d’eux, et ce sont les tâches de la Garde nationale dans le métro.

Le président a également démenti une campagne mal intentionnée de l’opposition politique qui décrit le métro comme militarisé et géré par le ministère de la défense, alors que c’est loin d’être le cas.

López Obrador a expliqué que la ville de Mexico avait les taux les plus bas d’homicides, de vols de voitures et d’enlèvements, et a montré des chiffres et des statistiques sur la criminalité dans la capitale du pays : « Ce sont des données que l’on ne voit pas dans les villes du monde entier ».

Vendredi, la presse nationale a souligné qu’une enquête menée par les autorités du gouvernement de Mexico après l’accident survenu sur la ligne trois du métro avait en effet révélé l’existence d’actions de sabotage dans le système de transport collectif du métro, ce qui justifie la vigilance de la Garde nationale.

En plus de l’incident avec la boîte noire du train qui est entré en collision samedi dernier entre les stations Potrero et La Raza, trouvée dans une camionnette privée, on a découvert que non seulement il manquait un câble dans cette section du tunnel, mais qu’un autre avait été vandalisé.

L’analyse montre également que de multiples objets ont été trouvés sur les voies et les sabots de frein – des pièces de bois qui servent à freiner les trains – qui auraient manqué d’entretien, et qu’il existe d’autres lignes avec les mêmes problèmes.

Mercredi dernier, un pneu latéral d’un convoi arrivant à la station Politécnico sur la ligne cinq s’est avéré être piqué, alors qu’il est contrôlé tous les trois jours, et lorsqu’il est entré en contact avec l’acier de la barre de guidage, il a pris feu, provoquant de la fumée et l’évacuation conséquente des passagers et de l’unité pour inspection.

En raison de ces événements et d’autres, le déploiement de la Garde nationale a été mis en oeuvre. L’écrasante majorité des utilisateurs interrogés se sont prononcés pour cette mesure.

jcc/rgh/lma

EN CONTINU
notes connexes