dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Serbie appelle l’UE à répondre à l’expropriation de ses terres

Belgrade, 17 janvier (Prensa Latina) Le responsable du ministère des Affaires étrangères du Kosovo-Metohija sous le gouvernement de Serbie, Petar Petkovic, a appelé aujourd’hui l’Union européenne (UE) à répondre à l’expropriation des terres serbes par les autorités de Pristina. 

J’ai informé le représentant spécial de l’UE pour les Balkans occidentaux, Miroslav Lajcak, de la décision de Pristina d’exproprier des terres serbes à Leposavić, a indiqué Petkovic sur son compte Twitter.

Selon lui, les Serbes sont tout à fait conscients du fait que la dernière fois que cela s’est produit, la spoliation de terres a conduit à la construction de bases illégales sur celles-ci.

Le Premier ministre du Kosovo, non reconnu par Belgrade, Albin Kurti, provoque à nouveau une crise par des mesures unilatérales au détriment du peuple serbe; nous attendons la réaction de l’UE, a écrit Petkovic. 

La situation au Kosovo-Metohija s’est aggravée le 6 décembre dernier lorsque des forces spéciales kosovars non reconnues ont commencé à s’emparer des locaux des commissions électorales dans le nord de la région.

Face à cette situation, la population serbe a repoussé les Kosovars, qui ont réussi à s’échapper en traversant l’Ibar. 

Le 8 décembre, quelque 350 agents de la police du Kosovo sont entrés dans le nord de la province à majorité serbe à bord de véhicules blindés et ont bloqué la partie nord de Mitrovica.

Deux jours plus tard, la police du Kosovo a arrêté l’ancien policier serbe Dejan Pantic, si bien que la population serbe a bloqué les routes locales. 

Les autorités du Kosovo ont ensuite placé leurs forces armées en état d’alerte le 26 décembre, après quoi les Forces armées et les forces du Ministère de l’Intérieur de la Serbie, sur ordre du président, ont également été mises en alerte.

Le 28 décembre, la situation s’est stabilisée après que l’UE et les États-Unis ont donné des garanties et que Pristina a commencé à libérer les Serbes détenus.

peo/mgt/amp

EN CONTINU
notes connexes