vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des enseignants cubains au milieu du désert avec des Sahraouis

Smara, camp de réfugiés sahraouis, 19 janvier (Prensa Latina) Au milieu du désert, littéralement, 11 enseignants cubains travaillent au sein du centre Simón Bolívar, qui depuis 2011 est devenu une oasis éducative pour les réfugiés sahraouis.

La visite de Prensa Latina au sein de l’institution dirigée par Habib Bulahi intervient parallèlement à la célébration du 16e congrès du Front Polisario à Dakhla, une autre des cinq wilayas (provinces) d’Algérie, qui reprennent les noms de leurs homologues dans les territoires occupés par le Maroc.

En plus des enseignants cubains dirigés par Antonio Tamayo Romero, originaire de la province orientale de Guantánamo, il y a trois autres enseignants sahraouis qui enseignent du dernier niveau de l’école primaire au niveau pré-université, a déclaré Bulahi. 

Sans cacher ses émotions et son éternelle gratitude, comme il l’a souligné à Prensa Latina, Bulahi a résumé le succès de son administration en louant le rôle prépondérant de Cuba.

« Paradoxalement, l’Espagne nous a abandonnés après nous avoir colonisés, mais la récupération et la maîtrise de la langue espagnole par les Sahraouis ont été l’œuvre des Cubains », a-t-il ajouté.

« Le peuple sahraoui a une affection toute particulière pour Cuba, qui est à l’origine du plan d’enseignement de notre école, offre des bourses à nos diplômés et nous accompagne en permanence depuis 1976. Nous aimerions également dédier des mots de souvenir à deux inspirateurs de ce projet, Fidel Castro et Hugo Chávez », a-t-il déclaré.

Depuis son inauguration à ce jour, le centre Simón Bolívar a enregistré 136 diplômés universitaires qui ont commencé leurs études dans ses salles de classe, construites avec l’aide financière vénézuélienne à Smara, l’un des camps de réfugiés sahraouis les plus avancés.

Tamayo Romero, qui enseigne les mathématiques et se trouve dans ces lieux depuis quatre ans, a déclaré à Prensa Latina que le collectif cubain ici comprend des professeurs de cette matière, d’espagnol, de chimie, de sciences naturelles, de physique, d’anglais, d’informatique et de biologie.

Il a signalé le dévouement de son groupe et l’atmosphère d’amitié et de fraternité qui règne dans l’interaction avec les Sahraouis, tout en soulignant l’importance de l’initiative, qui, avec l’encouragement de Fidel Castro et Chávez, a été soutenu par le défunt président Mohamed Abdelaziz.

peo/ssa/nmr/ft

EN CONTINU
notes connexes