mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des écoles, des commerces et des ambassades ont fermé leurs portes en Haïti

Port-au-Prince, 27 janvier (Prensa Latina) Des écoles, des commerces, des ambassades et même des institutions publiques sont aujourd’hui fermés en Haïti, pays qui a connu la veille une journée agitée de protestations suite à l’assassinat de plusieurs policiers. 

La plupart des centres éducatifs de la capitale n’ont pas accepté d’élèves ce vendredi, très peu de commerces ont offert des services, tandis que les transports collectifs et privés ont ralenti leur offre et que des coups de feu ont été entendus dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince.

Pour sa part, le Premier ministre des Bahamas, Philip Davis, a ordonné à tout le personnel diplomatique en Haïti de quitter immédiatement le pays dès que les conditions de sécurité le permettront.

Les autorités bahamiennes ont indiqué qu’il s’agissait d’une mesure temporaire compte tenu des événements récents qui nécessitent une évaluation et une considération de la sécurité et du renseignement.

L’ambassade d’Espagne a également annoncé la fermeture de ses portes à la suite de mouvements de protestation et a appelé ses citoyens à limiter leurs déplacements et à faire preuve d’une plus grande vigilance lors de voyages essentiels à Port-au-Prince.

Jeudi, des centaines de policiers ont manifesté à Port-au-Prince suite à l’assassinat de sept agents dans le département de l’Artibonite, au nord-ouest de la capitale, et ont critiqué les autorités pour avoir envoyé ces officiers pour stopper l’avancée de gangs sans les moyens nécessaires.

Au cours de la mobilisation, à laquelle se sont joints des sympathisants et des activistes, certains ont attaqué la résidence officielle et privée du Premier ministre à peine de retour du sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac) en Argentine.

En outre, ils ont lancé des pierres sur l’aéroport international de Toussaint Louverture, bloqué des routes, érigé des barricades et signalé qu’une quinzaine de policiers avaient été exécutés rien qu’en janvier.

peo/rgh/Ane

EN CONTINU
notes connexes