jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une délégation du Delaware, aux États-Unis, explore les liens commerciaux à Cuba

La Havane, 27 janvier (Prensa Latina) Il y a beaucoup à faire pour construire de meilleures relations commerciales entre Cuba et les États-Unis si nous levons les restrictions en vigueur, a assuré hier dans cette capitale le Commissaire à l’agriculture du Delaware, Michael T. Scuse. 

Nous ne sommes pas responsables de ce qui s’est passé il y a 60 ans, mais nous sommes responsables de ce qui se passe à partir de maintenant et il y a des questions qui peuvent être résolues, a ajouté le secrétaire d’État de cette région, Jeffrey W. Bullock, évoquant les origines du blocus économique imposé par son pays à l’île des Caraïbes.

Les deux responsables sont à la tête d’une délégation de haut niveau de l’État du Delaware, aux États-Unis, qui est arrivée à Cuba en début de semaine dans le but de consolider les liens commerciaux sur le plan agricole et trouver des solutions aux obstacles aux échanges bilatéraux.

Lors d’une conférence de presse ce jeudi à l’hôtel Grand Aston, Scuse a déclaré que le blocus économique est une décision vieille de plus de 60 ans et qu’il est temps que les politiques changent. J’espère que nous pourrons aider à ces changements, même s’ils sont graduels, a-t-il manifesté.

De son point de vue, une première étape pourrait consister à lever les restrictions actuelles et à revenir aux réglementations en vigueur pendant le mandat du président Barack Obama. 

« Il y a des opportunités d’augmenter le commerce dans l’agriculture et au-delà, d’accroître la collaboration entre les ministères et les universités, nous rentrerons chez nous pour partager les résultats de cette visite et évaluer tous les domaines où nous pouvons nous relier », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Bullock a noté que le voyage sur l’île a permis d’identifier les principaux obstacles au commerce et « de trouver des idées pour améliorer les relations au bénéfice des deux peuples ».

Les questions politiques et financières ne sont pas des défis insignifiants, mais ils peuvent être résolus et nous avons la volonté d’y contribuer à notre retour dans notre pays, a-t-il déclaré.

Dans le cadre de l’agenda de la visite, la délégation s’est entretenue avec des vice-ministres et des fonctionnaires au siège des portefeuilles de l’Agriculture, des Affaires étrangères et du Commerce extérieur et des Investissements étrangers, ainsi qu’avec des responsables de l’entreprise cubaine commercialisant des alimants, ALIMPORT.

Bullock a manifesté être impressionné par la franchise avec lesquelles les responsables cubains avaient participé aux rencontres, avec une orientation pratique vers la résolution de problèmes concrets, étape par étape.

« J’ai visité plus de 30 pays, j’ai rencontré des responsables de beaucoup de ces sites, mais je peux honnêtement dire qu’ils ne m’ont jamais reçu d’une manière aussi accueillante, ouverte et honnête qu’ici », a déclaré Scuse. 

Au Centre de génie génétique et de biotechnologie, ils ont eu un « échange fascinant sur les études menées par ses chercheurs sur des sujets tels que la santé humaine, animale, végétale », a signalé le Commissaire à l’Agriculture.

En outre, ils se sont rendus dans deux entreprises privées et ont constaté les changements intervenus dans le secteur à la suite des nouvelles mesures appliquées par Cuba.

peo/Jha/att

EN CONTINU
notes connexes