jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des personnalités juives nord-américaines critiquent le gouvernement israélien

Tel-Aviv, 2 février (Prensa Latina) Près de 170 personnalités juives nord-américaines ont exprimé aujourd’hui leur inquiétude face aux actions du gouvernement israélien, dirigé par Benjamin Netanyahou, et comprenant plusieurs personnalités ouvertement racistes et xénophobes. 

Dans une lettre publique, les signataires ont appelé à un débat critique et nécessaire sur les politiques de l’exécutif israélien et mis en garde contre les fausses accusations d’antisémitisme adressées aux personnes critiques de sa politique.

« Ceux qui utilisent l’antisémitisme comme arme politique empoisonnent le débat et affaiblissent notre capacité à lutter contre l’antisémitisme réel », ont-ils souligné.

La liste des signataires comprend d’anciens leaders de séminaires rabbiniques et de fédérations juives, d’anciens législateurs et fonctionnaires nord-américains, ainsi que des représentants de synagogues, d’organisations et d’universités dans plus de 70 villes du pays.

« Nous ne prenons pas à la légère la responsabilité de faire cette déclaration à un moment d’escalade de la violence », a déclaré Alan Solow, ancien président de la Conférence des organisations juives. 

Cependant, nous partageons les préoccupations de dizaines de milliers d’Israéliens déterminés à protéger leur démocratie et les perspectives de paix entre Israël et la Palestine, a déclaré Solow, l’un des principaux promoteurs de la missive.

Les signataires ont vivement critiqué la réforme judiciaire menée par Tel-Aviv, qui a soulevé une vague de contestations dans le pays.

Le projet comprend la dénommée « clause d’annulation » qui permettrait à la Knesset (Parlement) de légiférer à nouveau sur des lois annulées par la Cour suprême de justice. 

Selon l’idée, 61 des 120 députés qui composent l’hémicycle pourraient révoquer un avis de l’organe judiciaire suprême. La coalition d’extrême-droite au pouvoir contrôle actuellement 64 sièges.

Ces personnalités juives nord-américaines ont également condamné les plans de Netanyahou visant à légaliser plusieurs colonies en territoire occupé et à étendre la souveraineté israélienne en Cisjordanie.

Le mois dernier, plus de 330 rabbins nord-américains ont également annoncé dans une lettre leur boycott du gouvernement israélien.

Ils ont indiqué qu’ils n’inviteraient pas les membres du bloc ultraconservateur « à parler dans nos congrégations et organisations ».

Le ton intransigeant de la lettre et l’ampleur des signataires sont le signe d’une crise dans les relations entre Israël et la communauté juive nord-américaine provoquée par l’arrivée au pouvoir des extrémistes, avait alors averti The Jerusalem Post.

peo/jf/rob

EN CONTINU
notes connexes