lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement colombien et l’ELN vont entamer un deuxième cycle de négociations

Bogota, 10 février (Prensa Latina) Le Haut Commissaire pour la paix, Danilo Rueda, a confirmé que le deuxième cycle de négociations entre le gouvernement colombien et l’Armée de libération nationale (ELN) débuterait lundi prochain au Mexique.

En effet, les deux questions à traiter dans cette nouvelle phases sont  le cessez-le-feu et les mécanismes de participation de la société à la construction de la paix en Colombie.

Dans une interview accordée au Secrétariat présidentiel à la communication et à la presse, Rueda a souligné que les droits des victimes n’étaient pas négociables.

La Paix Totale a à cet égard compte sur deux aspects substantiels : la construction de politiques publiques en faveur de ceux qui ont été exclus et qui font recours à la violence pour résoudre les problèmes, et le dialogue avec différentes manifestations.

Dans le cadre de cette dernière alternative, il a mentionné la Table de dialogue pour la paix avec l’ELN, les espaces ou tables de négociation pour la paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie et la Deuxième Marquetalia, groupes armés dont les origines politiques sont reconnues.

En outre, il existe des espaces de rapprochement et de conversation socio-juridique avec les groupes rebelles dans le but de partager avec eux les mécanismes juridiques qui permettent de rendre des comptes à la société et de déconstruire les motivations économiques et la criminalité qui les soutiennent.

Ce type d’espace de conversation socio-juridique a deux sphères : rurale, avec les soi-disant Autodefensas Gaitanistas de Colombia et les Autodefensas de la Sierra Nevada, et avec divers groupes impliqués dans la violence urbaine, a expliqué le fonctionnaire.

Dans le cas de la ville de Buenaventura, après une phase de rapprochement, de réduction de la violence dans la mesure où ces groupes armés refusent d’assassiner, de torturer et de disparaître, ils vont entamer une deuxième phase.

La nouvelle étape implique un théâtre de conversation qui nous permettra de savoir quel projet de loi le gouvernement présentera au Congrès pour démanteler ces structures et donner lieu à un processus d’insertion collective via des transformations dans les quartiers et en vue d’accorder et protéger les droits des victimes, a-t-il affirmé.

jcc/mgt/otf

EN CONTINU
notes connexes