mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ancien président Mujica convie à faire confiance aux réformes en Colombie

Bogotá, 15 février (Prensa Latina) L’ancien président uruguayen José (Pepe) Mujica (2010-2015) a invité le peuple colombien à faire confiance aux réformes proposées par le gouvernement de Gustavo Petro, selon la présidence.

 « N’ayez pas peur des réformes », a déclaré Mujica dans un message au peuple colombien, envoyé hier dans le cadre de la mobilisation massive dans ce pays en faveur des initiatives gouvernementales pour le changement proposé en faveur des majorités.

En allusion au cas concret de la discussion au Congrès de la République du projet de loi « Changement vers une santé pour la vie », l’ancien président a exhorté à tout faire pour obtenir les améliorations sociales que la Colombie mérite.

« N’ayez pas peur des réformes. Au contraire, aucun gouvernement ne peut faire de la magie si son peuple ne la comprend pas. Faites ce qui est possible dans ce formidable pays que vous avez, qui ne mérite pas d’avoir eu une histoire aussi amère au cours des 60 dernières années », a déclaré le leader du Mouvement pour la participation populaire, cité par la présidence colombienne.

Selon lui, « la santé doit être pour tous et doit avoir la garantie qu’elle existe pour tous », de même que l’éducation, car « ce ne sont pas des questions de gauche ou de droite, ce sont des questions d’humanité fondamentale de progrès humain ».

En Uruguay, toutes les personnes ont contribué, un peu ou beaucoup, au fait que le pays sud-américain dispose aujourd’hui d’un système de santé publique très solide – dans lequel toute la population est prise en charge, y compris les personnes ayant le moins de ressources – et bénéficie d’un enseignement universitaire gratuit depuis plus de 100 ans, a-t-il souligné.

Hier, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans les principales villes de Colombie, et dans cette capitale, pour soutenir les réformes promues par le gouvernement de Gustavo Petro.

Sur la Plaza de Armas, dans un acte de socialisation et de pédagogie des politiques gouvernementales, le chef de l’État a appelé le pays à faire un pas vers un pacte social, à travers les réformes de la santé, des retraites et du travail qui passeront par le Congrès.

« Pourquoi ne faisons-nous pas un pas vers un véritable pacte social, pourquoi n’avez-vous pas lu les résultats des élections qui viennent d’avoir lieu? Le peuple n’a pas changé dans les urnes simplement à cause d’un effet de mode », a-t-il souligné.

Il a repéré que le changement dont le pays a besoin ne pouvait se faire sans le peuple et « sera de plus en plus profond dans la mesure où la majorité de la société » accompagne le gouvernement.

Il a averti qu' »il n’y a pas beaucoup de temps pour ce pacte » et a expliqué qu’il s’agit d' »un pacte qui nous permet de voir une autre époque, un pacte qui permet à ce pays de trouver quelque chose qui est naturel chez beaucoup de peuples du monde : la démocratie et la paix ».

jcc/mgt/otf

EN CONTINU
notes connexes