jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Prudence au Salvador concernant l’ALE avec la Chine

San Salvador, 15 février (Prensa Latina) Les secteurs productifs et commerciaux du Salvador appellent à la prudence dans la négociation d’un accord de libre-échange avec la République populaire de Chine (RPC), ont rapporté des sources proches des négociations.

Annoncées le 22 novembre 2022 par le président Nayib Bukele comme un processus qui serait « expéditif », les négociations restent totalement secrètes et rien n’a transpiré jusqu’à présent sur les articles qui seront échangés dans le commerce entre les deux pays.

Bien que les hommes d’affaires et les exportateurs locaux saluent l’initiative, ils restent inquiets et mettent en garde contre la nécessité d’exclure certains secteurs du futur accord.

À cet égard, la directrice exécutive de la Corporation des exportateurs salvadoriens (Coexport), Silvia Cuéllar, estime que si les importations augmentent et qu’une réduction des taxes sur les produits chinois est convenue, cela pourrait nuire à la production nationale.

Nous n’allons pas vraiment perdre ce que nous faisons, avoir des importations qui ne vont pas nous donner l’avantage que nous avons maintenant, ce que nous croyons, c’est que la complémentarité qui existe est très importante ».

Selon Cuellar, les exportateurs ne connaissent pas la demande du marché chinois, car le volume des ventes au géant asiatique est très limité et il faudrait étudier les possibilités de faire pencher la balance en faveur du pays.

Au cours de l’année 2022, le Salvador n’a exporté que 47,4 millions de dollars vers la Chine, soit une baisse de 13,6 millions de dollars par rapport à 2021, alors que le volume des importations a placé le géant asiatique comme deuxième fournisseur de ce pays.

Les commerçants salvadoriens, tout en maintenant un rythme lent dans les pourparlers, demandent plus de temps avant de procéder à l’approbation de l’ALE, et de déterminer les quantités de produits plus favorables à apporter au marché chinois.

La Chine est un marché inconnu, nous devons l’apprendre, donc nous devons y aller, apprendre leur culture, apprendre leurs coutumes, leurs produits, nous ne les avons pas », a souligné Cuellar.

Les secteurs tels que les producteurs de café et les producteurs de sucre espèrent mettre davantage de production sur ce marché et obtenir de meilleurs prix.

D’un autre côté, le RPCH continue de s’occuper de l’environnement salvadorien via la mise en œuvre de projets touristiques, l’amélioration de l’approvisionnement en eau, la construction de la Bibliothèque nationale qui sera inaugurée en novembre prochain, et un stade national en train d’être étudié dans le but de commencer sa construction.

jcc/oda/lb

EN CONTINU
notes connexes