mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cent vingt ans d’un accord qui a porté atteinte à la souveraineté de Cuba

La Havane, 16 février (Prensa Latina) Cent vingt ans après la signature de l’accord qui a permis son implantation illégale à Cuba, la base navale étasunienne de Guantánamo constitue aujourd’hui une violation de la souveraineté nationale.

L’événement a eu lieu en 1903, sous le gouvernement de Tomás Estrada Palma, et a été précédé par la signature de l’amendement Platt, imposé aux Cubains pour leur première Constitution républicaine pendant l’occupation militaire des États-Unis.

Ce document autorisait les États-Unis à établir des stations de ravitaillement en charbon ou des stations navales, dont la première fut la baie de Guantánamo, à l’extrémité sud-est de l’île, qui est toujours maintenue aujourd’hui contre la volonté de l’État et du peuple cubain.

L’accord a été conclu sous la menace d’une intervention militaire nord-américaine sur l’île, ce que des experts considèrent comme illégal au regard de la Déclaration des Nations unies sur la Coercition militaire, politique ou économique dans la conclusion des traités.

En effet, cet accord a conféré à Washington une juridiction complète sur les terres louées, ce qui viole le principe d’intégrité territoriale inscrit dans les constitutions cubaines de 1901 à aujourd’hui.

Depuis le triomphe de la Révolution en 1959, la base a été le point de départ d’actions provocatrices, qui ont même entraîné la mort de combattants et de travailleurs cubains, comme c’est le cas du jeune soldat Ramón López Peña.

Cuba a réitéré dans divers forums multilatéraux sa juste demande de restitution de ce territoire, dont l’utilisation actuelle constitue un affront aux principes défendus par l’État et le peuple cubain.

Une prison fonctionne sur la base étasunienne depuis 2002 et il a été prouvé qu’elle était un centre de torture.

peo/ssa/jf/jfs

EN CONTINU
notes connexes