samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

A partir d’aujourd’hui, la vie est au Carnaval au Brésil

Brasilia, 17 février (Prensa Latina) Avec des lumières, de la technologie, des corps sculpturaux et des chorégraphies intrépides, les festivités du carnaval ramèneront la joie aux Brésiliens à partir d’aujourd’hui et pendant cinq jours, brisant le silence imposé auparavant par la pandémie de Covid-19.

L’esprit joyeux est contagieux chez un peuple immensément musical et fertile pour toutes les passions.

Chacun peut aller à la mascarade comme il l’entend. Peut-être en costume ou avec un masque. C’est l’occasion de projeter ce qu’ils ne feraient jamais : danser et chanter dans la rue, discuter avec des inconnus ou inventer un spectacle. Vale tudo (Tout est permis).

De nos jours, la fantaisie règne pour évacuer les frustrations, les amours perdues, faire la fête avec la famille ou les amis, et parfois elle fonctionne comme un instrument de résistance et de changement social.

Les médias spécialisés affirment que le sertanejo est actuellement le style de musique le plus connu dans la plupart des États (notamment à Sao Paulo, Minas Gerais, Goiás, Paraná et Mato Grosso do Sul).

La samba est toujours très populaire à Rio de Janeiro, où se déroule le festival le plus emblématique du géant sud-américain.

Depuis le début du mois, l’ambiance carnavalesque règne dans la « ville merveilleuse », mais ce vendredi, les festivités commencent officiellement, sous le commandement du roi Momo et de sa cour.

Dans les rues, les blocos colorés (groupe de personnes qui défilent de manière semi-organisée, souvent habillées en uniforme et exécutant la même fantaisie) donnent le ton des jours à venir.

Au moins 21 de ces manifestations circuleront dans les ruas (artères) de la ville tout au long de la journée de vendredi.

Le défilé des 12 écoles de samba du « Groupe spécial », parmi la centaine prévue cette année, est considéré comme le plus grand spectacle en plein air du monde et la principale attraction du carnaval de Rio.

Avec des chars figuratifs, des milliers de membres et une batterie de percussions énergique, les académies auront environ 70 minutes pour enchanter les jurys et le public sur l’avenue Marques de Sapucaí, le célèbre Sambódromo (le complexe architectural utilisé pour les défilés).

Les autorités estiment qu’environ cinq millions de personnes profiteront des réjouissances à Rio.

Selon le ministère du tourisme, quelque 46 millions de personnes seront présentes dans tout le pays, y compris des touristes étrangers. On estime que 1,558 milliard de dollars seront récoltés.

Une étude de l’Association brésilienne de l’industrie hôtelière montre que le taux d’occupation des lits dans le réseau hôtelier du pays pendant les vacances du Carnaval devrait être élevé, en particulier dans les États ayant une tradition de festivités.

« Nous atteignons déjà de bons taux, mais ils ont tendance à augmenter jusqu’à ce vendredi, car le touriste national part faire des réservations à la dernière minute », a déclaré le président de l’entité, Manoel Linhares.

Dans le sud-est, à Rio, on s’attend à un taux d’occupation de 85 %, avec la perspective d’atteindre quelque chose de proche de 100 % pendant les journées de divertissement.

Les historiens rappellent que le carnaval a été introduit au Brésil par les colonisateurs portugais entre le XVIe et le XVIIe siècle, et qu’il s’exprimait initialement par l’entrudo, une forme populaire de saut lors de ces célébrations.

Au fil du temps, la fête a acquis d’autres formes de manifestation, comme le bal masqué. L’émergence des sociétés de carnaval a renforcé la réputation du carnaval parmi les pauvres, principalement d’origine africaine.

À partir du XXe siècle, sa popularité a contribué à l’émergence de la samba, un style musical fortement influencé par la culture africaine, et du défilé de ses écoles, un événement qui a fini par être officialisé avec le soutien du gouvernement.

Parallèlement aux défilés pompeux des sambodromes, un autre carnaval s’est consolidé, rassemblant des millions de personnes, qui dansent d’une manière particulière, dans les rues de tout le pays.

En plus de ce qui précède, il s’agit d’un spectacle, avec des affaires qui se répètent chaque année, alimentant et nourrissant les grands médias et les investissements des entreprises et des gouvernements.

En plus d’être le premier jamboree sans contrainte, de nombreux Brésiliens fêteront cette année le départ de la présidence du politicien d’extrême droite Jair Bolsonaro, battu dans les urnes par le leader progressiste Luiz Inácio Lula da Silva lors du vote d’octobre.

Tout le monde attend le retour de la plus grande fête du peuple brésilien, des pauvres, des salariés, des chômeurs, bref, de ceux qui, ces jours-là, transgressent les règles, montent sur les places et peuvent, enfin, crier leurs peines, leurs joies et leurs désirs.

jcc/jha/ocs

 

EN CONTINU
notes connexes