vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Consensus à l’Unesco sur la nécessité de réguler les plateformes numériques

Paris, 23 février (Prensa Latina) Des leaders politiques, diverses autorités et des représentants de la société civile ont convenu à l’Unesco de l’urgence de réglementer les plateformes numériques face à la désinformation, lors de la Conférence mondiale « Pour un Internet fiable » qui a pris fin aujourd’hui dans cette capitale. 

Les fausses informations diffusées en pleine pandémie de Covid-19, l’utilisation des réseaux sociaux pour déstabiliser des pays, encourager des tentatives de coup d’État et remettre en question des élections légitimes, ont été quelques-uns des arguments cités lors de ce forum de deux jours pour illustrer la nécessité de trouver des solutions face au défi du mauvais usage d’Internet.

Selon l’Unesco, la conférence a attiré quatre mille trois cents délégués de gouvernements, d’organismes de réglementation, d’entreprises numériques, de milieux universitaires et de la société civile, événement qui a fait suite au processus de consultation engagé par l’organisme multilatéral en septembre de l’année dernière sur le sujet.

Lors de l’intervention inaugurale du forum, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a déclaré que la négation des faits scientifiques, la désinformation et les conspirations n’ont pas leur origine dans les réseaux sociaux, mais y fleurissent.

À cet égard, elle a souligné qu’il importait de doter la communauté internationale d’un cadre réglementaire sur les plates-formes numériques afin de prévenir et d’empêcher qu’elles ne deviennent un espace d’attaque contre les droits de l’Homme, la liberté d’expression et la démocratie. 

Le président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, s’est lui aussi prononcé pour un contrôle accru sur Internet, et ce comme outil de protection de la démocratie.

Lula a rappelé ce qui s’est passé le mois dernier dans son pays, où des partisans de l’ancien président Jair Bolsonaro ont attaqué à Brasilia les sièges des pouvoirs de l’État, incités par les mensonges diffusés et selon lesquels l’extrême-droite avait perdu le pouvoir suite à des fraudes électorales.

La journaliste philippine Maria Ressa, prix Nobel de la Paix, a pour sa part averti que les mensonges voyagent plus vite que les faits et causent des dommages particuliers lorsqu’ils sont imprégnés de haine et de peur.

Sur la base des consultations en cours et de l’apport des discussions menées lors de la Conférence mondiale « Pour un Internet fiable », l’Unesco prévoit de publier les directives réglementaires en septembre prochain.

peo/mem/wmr

EN CONTINU
notes connexes