jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine met fin à un pacte signé par le gouvernement de Macri concernant les Malouines

Buenos Aires, 2 mars (Prensa Latina) Le ministre argentin des Affaires étrangères, Santiago Cafiero, a informé aujourd’hui son homologue britannique, James Cleverly, de la fin d’un accord par lequel l’administration de Mauricio Macri (2015-2019) autorisait Londres à exploiter les ressources naturelles des îles Malouines.

L’accord a été signé en 2016 par l’ancien ministre britannique pour l’Europe et les Amériques, Alan Duncan, et le vice-ministre argentin des Affaires étrangères de l’époque, Carlos Foradori.

Connu sous le nom de pacte Foradori-Duncan, il impliquait la levée des mesures administratives, législatives et judiciaires prises par ce pays sud-américain pour protéger ses ressources et mettait de côté la revendication de ses droits souverains.

Pour ces raisons, il a été qualifié par le gouvernement actuel du président Alberto Fernández comme l’un des événements les plus néfastes pour la revendication historique de l’Argentine sur ce territoire.

Dans le cadre du Sommet des ministres des Affaires étrangères du Groupe des 20 en Inde, Cafiero a remis à Cleverly une note dans laquelle il informe que ce document n’est plus valable et propose de relancer les pourparlers sur la question des Malouines.

En outre, il l’a invité à tenir une réunion pour organiser l’agenda de négociations au siège de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à New York, aux États-Unis.

Le ministre argentin des Affaires étrangères a rappelé que son pays est disposé à collaborer sur des questions spécifiques telles que les vols, l’activité scientifique en Antarctique ou la conservation et la préservation des ressources halieutiques, mais que le gouvernement britannique ne répond pas positivement à ces sollicitations.

Au contraire, le Royaume-Uni ne respecte pas les résolutions de l’ONU, refuse de négocier et commet constamment des actes unilatéraux, dénoncés en temps opportun par l’Argentine, indique la note.

Cafiero a déclaré que son pays considère qu’il est nécessaire d’adopter un nouvel agenda bilatéral lié à l’Atlantique Sud et l’établissement d’un processus de dialogue formel dans le cadre général établi par l’ONU.

De même, il a précisé que les pourparlers devraient être transparents et de bonne foi, et inclure des questions telles que la souveraineté des Malouines, de la Géorgie du Sud, des îles Sandwich du Sud et des espaces maritimes environnants ; et la connectivité aérienne et maritime avec ces territoires.

En outre, il a proposé d’analyser des mesures pour garantir les intérêts et le mode de vie des habitants des îles et favoriser le développement de liens culturels, économiques, sanitaires, éducatifs et autres entre les Malouines et la zone continentale argentine.

Il a également plaidé pour l’utilisation, la conservation et la préservation des ressources naturelles et la démilitarisation des zones au centre du litige.

D’autre part, il a exprimé la « volonté de donner une continuité à la relation bilatérale dans tous les domaines où des progrès ont été réalisés, en particulier l’identification des soldats argentins tombés lors du conflit de l’Atlantique Sud ».

peo/livp/mem/gas

EN CONTINU
notes connexes