mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Venezuela rejette l’extension de la politique criminelle des États-Unis

Caracas, 2 mars (Prensa Latina) Le Venezuela a rejeté aujourd’hui avec force, l’extension du décret 13962 du 8 mars 2015 du Président des États-Unis, qui poursuit la politique criminelle d’agression contre le peuple vénézuélien. 

Un communiqué du gouvernement a en outre condamné l’affirmation sans fondement selon laquelle la République bolivarienne du Venezuela représente une menace quelconque contre la nation nord-américaine, alors qu’il est évident que ce pays a été confronté à une multitude de défis, chantage, agressions et attaques qui violent les droits humains.

Le Venezuela a souligné que ces actes violent les normes du droit international public et constituent un crime contre l’humanité.

La note a déclaré que, par cette prolongation de la politique erratique de la Maison Blanche, un gouvernement, qui se vante de défendre les droits de l’homme et les principes de la démocratie, ne fait que « révéler, une fois de plus, son caractère autoritaire, cruel et mensonger ».

Le communiqué ajoute que Washington, outre son manque de respect pour la souveraineté et l’autodétermination des peuples, et son statut essentiellement colonialiste, prétend, par toutes sortes de pressions, soumettre par la force le peuple libre du Venezuela.

Le Gouvernement bolivarien conduit ses relations internationales selon les principes de la solidarité entre les peuples et de la diplomatie de paix, signale la note.

Le Venezuela a affirmé qu’il ne pourrait jamais être qualifié de menace, compte tenu de son engagement en faveur de la stabilité régionale, du règlement pacifique des conflits et des relations de coopération et de complémentarité qui sont inscrites dans la mémoire des peuples.

Le communiqué a souligné que la souveraineté du Venezuela est inébranlable et qu’aucune agression, quelle qu’en soit la portée, ne fera échec à la volonté démocratique de son peuple. 

Son gouvernement constitutionnel, légitime et révolutionnaire, a souligné le communiqué, espère que les États-Unis renonceront une fois pour toutes à cette « politique absurde » pleine d’orgueil et condamnée à l’échec, en optant pour une politique civilisée où règnent les principes de la diplomatie et du respect mutuel.

peo/lam/jcd

EN CONTINU
notes connexes