vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba-États-Unis : aucun changement réel dans les relations bilatérales

La Havane, 3 mars (Prensa Latina) Le vice-ministre des Affaires étrangères Carlos Fernández de Cossío a averti qu’il ne semble pas y avoir aujourd’hui de véritable changement dans les relations bilatérales entre Cuba et les États-Unis.

Dans une interview exclusive accordée à Prensa Latina dans cette capitale, le diplomate a soutenu que les liens bilatéraux sont marqués par des politiques qui portent l’empreinte de Donald Trump (2017-2021), puisque c’est lui qui les a mises en œuvre.

– Les États-Unis continuent d’encourager l’émigration irrégulière depuis Cuba (+Photo +Vidéo).

Ces politiques « continuent d’être appliquées par le gouvernement actuel des États-Unis sans même proposer de justifier pourquoi il le fait », a-t-il souligné.

Par exemple, il existe une « persécution de l’approvisionnement en carburant depuis Cuba, une mesure qui pourrait être considérée comme une mesure de guerre, mais qui est en place depuis 2019 ».

En outre, Washington persiste à maintenir Cuba sur « la liste des États qui parrainent le terrorisme, ce qui a un impact important sur les performances de l’économie cubaine et sur le bien-être de la population dans notre pays », a-t-il ajouté.

La coopération médicale internationale de la nation caribéenne, qui « comme on le sait, est reconnue depuis de nombreuses années pour son impact sur le sauvetage de la vie de millions de personnes dans de nombreuses parties du monde », a souligné le vice-ministre, continue également d’être traquée.

Une collaboration, a soutenu le fonctionnaire, qui s’effectue en toute légitimité et conformément aux préceptes des Nations Unies et du Groupe des 77 sur ce qu’est la coopération Sud-Sud.

Il a ajouté qu’un autre élément qui distingue ce scénario est les interdictions mises en place par l’administration américaine à travers une liste unilatérale d’entités restreintes.

Un autre aspect est l’application du titre III de la loi Helms Burton et le fait que des actions peuvent être intentées devant les tribunaux américains contre des entités cubaines, étrangères et même américaines qui investissent à Cuba, a-t-il expliqué.

De l’avis de Fernández de Cossío, cela repose sur le principe selon lequel les États-Unis « se considèrent comme les propriétaires des ressources, de la richesse de notre pays ».

Cependant, a-t-il souligné, cela ne signifie pas que nous ignorons le fait qu’en 2022 les deux pays ont pris des mesures qui ont une certaine importance dans la relation bilatérale, mais qui sont loin de caractériser les liens bilatéraux.

Il a commenté que les États-Unis ont l’intention de demander des gestes à Cuba et qu’ils doivent faire un pas, « une demande ou une revendication absolument déraisonnable ».

Comment va-t-il correspondre à Cuba, qui n’a pas fait un seul geste hostile aux États-Unis pour corriger l’état actuel des relations, et bien souvent cette demande débouche sur des demandes concrètes comme, par exemple, la libération de prisonniers ?

« Tous ces prétextes sont ceux que les États-Unis ont historiquement utilisés lorsqu’ils ne veulent pas agir ; ils font des demandes déraisonnables, des demandes dont ils savent qu’elles n’ont aucun fondement, lorsqu’ils n’ont pas la volonté d’agir pour améliorer les relations avec un pays, dans ce cas Cuba », a-t-il déclaré.

En ce sens, il a affirmé que l’état actuel des relations entre Cuba et les États-Unis est défini par la continuité de la politique de pression maximale établie par Trump.

En ce qui concerne la publication du rapport concluant de la communauté du renseignement américain sur les incidents sanitaires anormaux concernant le personnel du service extérieur, le vice-ministre a déclaré que les conclusions confirment « ce que Cuba dit depuis des années ».

Bien qu’il ne soit pas nié qu’un groupe de diplomates ait pu souffrir de symptômes de santé, les preuves sont nulles concernant « le fait que ces affectations ont été causées par leur présence à Cuba ou parce que quelqu’un dans le pays a pris des mesures à leur encontre », a-t-il déclaré.

Les conclusions du rapport, a-t-il soutenu, « confirment ce que les scientifiques des États-Unis et de diverses régions du monde disent depuis un certain temps ».

Il a averti qu’elles réfutent les légendes et les récits que certains commentateurs et journalistes ont tenté de promouvoir de manière irresponsable contre Cuba, en essayant de promouvoir des théories du complot par des accusations sans fondement.

Les preuves sont si fortes qu’elles nous permettent de confirmer que quelque chose comme cela ne s’est pas produit à Cuba, a-t-il insisté.

Le vice-ministre des Affaires étrangères a rappelé qu’en vertu des accusations portées contre Cuba, le pays a subi des mesures coercitives appliquées par le gouvernement américain, qui à ce jour n’a pas fait de déclaration officielle pour dire que ces dispositions étaient infondées.

L’affection sanitaire présumée a été signalée pour la première fois en 2016 parmi les diplomates de l’ambassade des États-Unis à La Havane et depuis, au moins 1 500 cas ont été signalés dans différents pays.

Jcc/lam/dfm

EN CONTINU
notes connexes