lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Unicef appelle à la solidarité avec les jeunes victimes de la violence en Haïti

Port-au-Prince, 5 mars (Prensa Latina) Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) a appelé hier à la solidarité avec les jeunes de cette capitale et de l’Artibonite, qui subissent une violence sans précédent, a assuré son représentant en Haïti, Bruno Maes. 

Port-au-Prince, 5 mars (Prensa Latina) Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) a appelé hier à la solidarité avec les jeunes de cette capitale et de l’Artibonite, qui subissent une violence sans précédent, a assuré son représentant en Haïti, Bruno Maes. 

Maes a participé ce samedi à la clôture de l’atelier de communication pour l’éducation organisé par la ville de Port Salut dans le sud du pays.

Les participants ont discuté des stratégies de communication qui peuvent amener les communautés à adopter un comportement responsable envers l’école en toutes circonstances, malgré l’insécurité croissante de la nation.

L’atelier a rassemblé plus de 40 directeurs d’école, enseignants et représentants de conseils scolaires provenant principalement des districts de Port-Salut et de Côteaux, ainsi que des dirigeants d’associations de jeunes et de U-Reporters de Jérémie, Les Cayes, entre autres.

Des jeunes membres du projet U-Reporters ont déploré que les manifestations violentes commencent souvent le premier jour de la semaine, empêchant ainsi les élèves d’aller à l’école.

Lors de la rencontre organisée par le Ministère de l’Éducation sous les auspices de l’Unicef, le professeur Sylvain Jean Désir a déploré qu’au cours des cinq dernières années ce secteur est victime des événements qui politiques, économiques et sociaux qui affectent la société haïtienne.

À cet égard, il a annoncé qu’ils étaient convenus d’engager un dialogue avec tous les acteurs afin d’identifier d’autres solutions pour que le secteur scolaire cesse d’être prise en otage dans le pays.

peo/rgh/Ane

EN CONTINU
notes connexes