samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La censure d’une poète cubaine considérée négative pour l’image de la France

Paris, 8 juin (Prensa Latina) Le poète Francis Combes a considéré aujourd’hui comme un acte négatif pour l’image internationale de la France la décision du Marché de la Poésie de Paris de retirer la présidence honoraire à la poète cubaine Nancy Morejón.

Ce qui s’est passé est mauvais pour la France, la poésie, la liberté et la démocratie, et représente une attaque contre une grande poète, la culture cubaine et nous tous, a commenté à Prensa Latina le coordinateur pour la France et l’Europe du Mouvement Poétique Mondial.
Selon le directeur littéraire et co-fondateur de la maison d’édition Le Temps des Cerises, il a appris avec consternation la mesure prise par le Marché en vue de sa 40e édition, consacrée aux Caraïbes et lors de laquelle l’intellectuelle cubaine devait avoir un vaste programme d’activités.
Les organisateurs de l’événement, qui se déroule du 7 au 11 juin, ont cédé aux pressions de secteurs radicaux qui ont protesté contre la nomination de la poète comme présidente honoraire en raison de son engagement auprès de la Révolution cubaine.
Ma réaction a été de les appeler et d’écrire une lettre ouverte en signe de protestation, document qui a reçu le soutien de près de 300 écrivains, poètes, artistes, intellectuels et personnalités français ou résidents dans le pays, a souligné Francis Combes.
Pour Combes, la censure contre Morejón pourrait s’inscrire dans les temps actuels de tolérance de l’Europe avec le fascisme.
Les fascistes sont autorisés à défiler dans les rues et pourtant, les idées révolutionnaires sont criminalisées, a-t-il dénoncé.
Le coordinateur pour la France et l’Europe du Mouvement poétique mondial a réitéré sa solidarité envers Nancy Morejón et a qualifié d’erreur de calcul la tentative de la faire taire.
Je pense que c’est une absurdité de vouloir éviter un problème en lui retirant la présidence d’honneur, parce que ce qu’ils ont de fait provoqué, c’est que beaucoup de gens qui ne la connaissaient pas s’intéressent maintenant à son travail et à ses positions, a-t-il manifesté.
En dialogue avec Prensa Latina cette semaine, Morejón a remercié les soutiens et marques d’affection venus de Cuba, de France et d’autres pays.
Elle a regretté que dans le cas du Marché de la Poésie de Paris, la haine déguisée en liberté d’expression l’emporte sur l’art, la paix et l’amour.
peo/mem/wmr

EN CONTINU
notes connexes