vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Café Havana, un lieu historique qui palpite à Damas

Par : Fady Marouf Damas, 13 juin (Prensa Latina) Au cœur de cette ancienne ville, plus précisément dans la rue Porsaid, entre les places emblématiques de Yussef Azzmeh et Al-Hijaz, se trouve un café portant le nom de la ville de La Havane, la capitale cubaine.

La Havane a été fondée en 1945 au milieu de la lutte idéologique et armée des Syriens pour l’indépendance de leur pays du colonialisme français, réalisée un an plus tard, le 17 avril 1946.
Parmi d’autres cafés tels que Rawda, Brazil et Al-Kamal, Havana était le plus célèbre pour être devenu pendant des décennies un lieu de rencontre pour un grand nombre d’intellectuels, d’écrivains, de penseurs, de poètes, de personnalités sociales et d’hommes politiques de gauche, non seulement syriens, mais aussi originaires d’autres territoires arabes.
Parmi l’élite littéraire qui s’y est rendue et y a écrit ses œuvres, citons le grand poète et satiriste syrien Mohammed Al-Magout, les illustres écrivains irakiens Badr Shaker Al-Sayab, Al-Qarawi et Muhammad Mahdi Al-Jawahiri, ainsi que le célèbre poète Muzaffar Al-Nawab ; c’était également le lieu de prédilection d’un certain nombre d’intellectuels et d’artistes égyptiens tels qu’Ahmed Abdel-Moati Hijazi.
Prensa Latina a visité le « Havana » et s’est entretenu avec plusieurs personnes qui se sont accordées sur l’importance historique et politique du café, qui a accueilli le 7 avril 1947 la première assemblée constituante du parti Baas socialiste arabe, qui dirige la Syrie depuis 1963.
Zaki Al-Arzouzi, le principal fondateur et créateur de l’idéologie panarabiste et baasiste, avait l’habitude de s’asseoir dans ce fauteuil où il écrivait ses idées et rencontrait d’autres partisans et politiciens, raconte Qaisar Al-Ali Al-Mahin, un professeur à la retraite qui visite l’endroit depuis 1965.
Il raconte qu’il avait 16 ans lorsqu’il fréquentait l’établissement, avec d’autres jeunes, pour parler et échanger des idées.
Les cafés sont devenus des lieux de rencontre pour les représentants des partis nationaux et une plateforme pour les nouveaux courants politiques et intellectuels qui ont émergé en Syrie dans les années 1940 et 1950, raconte-t-il à Prensa Latina.
De son côté, l’avocat Samer Ramadan, 55 ans, confie qu’il vient souvent dans ce café parce que l’atmosphère qui y règne rappelle l’histoire de Damas et lui donne un sentiment de réconfort psychologique ; cependant, il affirme que la fonction du café a changé aujourd’hui en raison de la guerre.
Avant, c’était l’endroit où les gens parlaient de politique et des événements importants en Syrie et dans le monde, mais aujourd’hui, les jeunes viennent ici pour oublier la politique et se déconnecter de la dure réalité du conflit.
jcc/fm

EN CONTINU
notes connexes