mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’art culinaire ibéro-américain sous les feux de la rampe

Madrid, 13 juin (Prensa Latina) L'art culinaire mondial se concentre désormais sur l'Amérique latine, en raison de sa diversité, de sa richesse culturelle et de son attrait touristique, estime un spécialiste espagnol de renom.

Après près de neuf décennies de vie et avec une vaste expérience dans un large éventail de sujets, Rafael Ansón, président de l’Académie ibéro-américaine de gastronomie (AIBG), n’a pas caché sa philosophie : je réalise des rêves, je n’atteins pas des années.
Ainsi, lors d’une rencontre avec des journalistes, il a souligné l’importance de l’Ibéro-Amérique en tant que région capable de présenter la meilleure offre gastronomique mondiale.
Interrogé par Prensa Latina, Ansón a souligné que la présidence semestrielle espagnole de l’Union européenne (UE), qui débute le 1er juillet, accordera une plus grande importance à la culture ibéro-américaine, au moment même où celle-ci célèbre sa Journée internationale, le 19 juillet.
« C’est maintenant à nous de parler à Guterres (Antonio), pour que cette date soit reconnue par les Nations unies », a-t-il déclaré.
Avec une philosophie qui favorise une cuisine ouverte, saine, solidaire et durable, Ansón a fait remarquer que le mot même d’ « agriculture » résume la dimension et l’importance de l’alimentation pour l’être humain.
Ansón, communicateur divertissant par excellence, est une sorte de bible culinaire, mais aussi l’auteur de plusieurs livres et un ancien conseiller du président espagnol Adolfo Suárez.
L’Académie qu’il dirige comprend l’Espagne, le Portugal et bientôt l’Andorre, ainsi que Cuba, le Mexique, le Pérou, la République Dominicaine, le Panama, le Venezuela, la Colombie, l’Équateur, le Chili, l’Argentine, le Brésil et le Paraguay et les États-Unis.
Dans son intervention, il s’est dit convaincu du potentiel de Madrid en tant que réservoir majeur de toute la mosaïque culinaire de l’Espagne, et des « cañas » (bières), l’une de ses attraits.
À une autre question de Prensa Latina sur les fameuses tapas (accompagnement des boissons), Ansón a apporté une autre touche de connaissance.
Son origine remonte à Alphonse le Sage (Alphonse X), roi de la couronne de Castille et d’autres royaumes de 1252 à 1284. On dit qu’Isabelle la Catholique et Charles III ont forgé l’expression « on ne peut pas boire sans rien dans l’estomac ».
« Parmi toutes les composantes de la santé, l’activité physique est sans aucun doute importante, mais c’est à table que l’interaction sociale est la plus forte. Or, 86 % d’une vie saine dépend de l’alimentation », a répété Ansón pour clore une agréable soirée au Monteverdi Club de Madrid.
ssa/lam/ft

EN CONTINU
notes connexes