dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Président italien a rencontré son homologue brésilien

Rome, 21 juin (Prensa Latina) Le président italien Sergio Mattarella a rencontré au Palais du Quirinal son homologue brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, en visite officielle au Brésil, selon un communiqué officiel.

Les deux chefs d’État ont discuté des moyens de relancer les liens bilatéraux positifs déjà élevées depuis 2007 à la catégorie du partenariat stratégique.
Lula a été reçu ce matin avec les honneurs dans la cour du palais présidentiel, après quoi les deux dirigeants se sont rendus à l’intérieur pour un entretien privé, suivi d’un petit-déjeuner de travail, où ils ont poursuivi leurs entretiens.
L’Italie était le treizième partenaire commercial du Brésil en 2022, ainsi que le septième fournisseur d’importations et la quinzième destination des exportations du Brésil, avec respectivement 2,0 et 1,5 % du total, alors que les investissements du pays européen atteignaient 17,7 milliards de dollars en 2021.
Plus de 30 millions de descendants d’Italiens vivent actuellement au Brésil, considéré comme l’une des principales destinations de la diaspora des ressortissants de ce pays européen dans le monde, alors que la communauté brésilienne dans ce pays dépasse les 100 000 personnes.
Les chefs d’État brésilien ont abordé le conflit militaire entre l’Ukraine et la Russie, en évoquant le besoin urgent de « trouver le chemin de la paix ».
Dans une interview parue sur le quotidien Corriere della Sera, le dirigeant brésilien a révélé qu’un envoyé spécial, Celso Amorim, s’était rendu à Moscou et à Kiev « pour essayer de rapprocher la paix ». Les deux pays pensent qu’ils peuvent gagner militairement : je ne suis pas d’accord ».
« Je pense qu’il y a très peu de gens qui parlent de paix. Ce qui m’angoisse, c’est qu’avec tant de gens qui meurent de faim dans le monde, nous sommes en guerre », a-t-il regretté.
Il a fait allusion à la position de son gouvernement en faveur d’une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, car « aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé et un Conseil plus représentatif s’impose, en comptant sur des voix d’Amérique latine et d’Afrique, afin de contribuer à la paix et à la sécurité dans le monde ».
Lula a prévu une audience l’après-midi avec le Pape François au Saint-Siège et une rencontre avec le Premier ministre du pays, Giorgia Meloni, en plus d’une réunion le soir avec le maire de Rome, Roberto Gualtieri, et des échanges avec des dirigeants de diverses forces politiques.
jcc/ort

EN CONTINU
notes connexes