samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

« L’UE est au bord de la faillite », selon Orban

Budapest, 29 juin (Prensa Latina) Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré que l'Union européenne (UE) était au bord de la faillite et a demandé que l'on trouve les responsables de cette prétendue situation.

Ses mots sont une réponse à une proposition de la Commission de l’UE à l’égard des États membres d’augmenter leurs contributions.
Comment l’UE est-elle arrivée au bord de la faillite, a demandé le politicien dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux avant le sommet des dirigeants de l’UE à Bruxelles aujourd’hui et demain.
Mardi dernier, le dirigeant européen a demandé aux Etats membres de nouvelles contributions nationales au budget commun d’une valeur de 65,8 milliards d’euros jusqu’en 2027 pour financer des priorités telles que le soutien à l’Ukraine, la gestion des émigrations et les technologies propres.
Orban a communiqué que l’UE voulait 50 milliards d’euros supplémentaires pour l’Ukraine, bien qu’elle ne soit pas en mesure de justifier l’argent donné à l’Ukraine jusqu’à présent.
L’UE et la Turquie sont les seuls pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à ne pas avoir envoyé d’aide militaire à l’Ukraine et à insister sur le fait que la seule façon de sortir du conflit est de négocier avec la Russie.
Orban a souligné que Bruxelles voulait plus d’argent pour payer les prêts précédemment demandés, dont son pays « n’a pas vu un seul centime jusqu’à présent ».
« Ils nous demandent plus d’argent pour l’immigration, mais pas pour la protection des frontières », a-t-il précisé.
Notre position est claire. Tout d’abord, nous souhaitons savoir à quoi a servi l’énorme quantité d’argent que nous avons donnée jusqu’à présent (…) Et ensuite qui est responsable d’avoir amené l’UE au bord de la faillite.
La Commission européenne gèle 22 milliards d’euros de fonds européens versés à Budapest jusqu’à ce que « le gouvernement hongrois soit en mesure de garantir que les programmes d’utilisation de ces fonds respectent la Charte européenne des droits fondamentaux ».
jcc/livp/ehl

EN CONTINU
notes connexes