dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

« Les États-Unis travaillent à l’organisation de la droite au Honduras »

Tegucigalpa, 5 juillet (Prensa Latina) Les Etats-Unis travaillent à organiser les groupes de droite et réactionnaires au Honduras, responsables des actes criminels enregistrés ces derniers jours dans le pays, a déclaré l'analyste politique Alejandro Bonilla.

Dans un entretien téléphonique avec Prensa Latina, Bonilla, qui est également membre du parti Libertad y Refundación (Libre), a déclaré que toutes les organisations criminelles, génocidaires et terroristes opérant dans le pays proviennent de Washington.
« Nous avons vu une droite et une oligarchie réactionnaires aux changements révolutionnaires du projet de refondation du Honduras, mais nous avons vu un peuple courageux et ferme qui soutient les décisions du président Xiomara Castro », a-t-il déclaré.
Bonilla a souligné qu’avant les récentes violences dans le nord du pays, où 13 personnes ont été tuées, dont quatre syndicalistes, ces groupes avaient saboté le système électrique national.
« Les groupes de pouvoir qui refusent de payer des impôts dans notre pays ont saboté la centrale hydroélectrique Patuca III en y déversant environ 30 barils de pétrole ».
En ce sens, il a déclaré que cela était dû à la narco-dictature et au modèle néolibéral mis en œuvre dans le pays, puisque l’entreprise publique d’énergie ne produit que 20 % de l’électricité, alors que 80 % sont aux mains du secteur privé.
« Les médias ont réalisé un coup d’État médiatique et ont commencé à répandre la terreur, la peur et le désespoir parmi la population au sujet des pannes d’électricité qui avaient en réalité été dénoncées dès le début comme un sabotage ».
Selon l’analyste, le gouvernement Castro a immédiatement combattu ce sabotage et a pu obtenir l’énergie nécessaire pour éviter les pannes gênantes.
Cependant, la matrice médiatique a créé une série de messages contre le gouvernement hondurien, cherchant toujours à boycotter et à déstabiliser le pays.
Face à l’impossibilité de gagner la bataille du sabotage de l’électricité, ils se sont tournés vers la violence en utilisant des groupes paramilitaires et des maras (gangs), ce qui a entraîné la mort de 46 détenus dans une prison, puis un autre massacre dans une salle de billard.
Bonilla a évoqué les mesures prises par le gouvernement pour garantir la gouvernance des prisons, telles que l’opération « Foi et espoir », menée par les forces armées par l’intermédiaire de la police nationale de l’ordre public.
Cette initiative, mise en œuvre la semaine dernière, a eu pour résultat préliminaire la découverte de plusieurs objets interdits aux prisonniers, parmi lesquels près de 100 armes à feu et des centaines de munitions de différents calibres.
À cet égard, l’analyste a rappelé que son pays avait été dirigé pendant 12 ans par un trafiquant de drogue qui était à la tête du cartel du Honduras et qui était le chef de l’un des gangs honduriens.
« Le crime organisé au Honduras a toujours été contrôlé depuis les prisons, il y a toujours eu des armes à feu qui n’ont jamais été entre les mains des autorités ».
jcc/ybv

EN CONTINU
notes connexes